Le plus petit caméléon du monde découvert à Madagascar

15 février 2012

Des chercheurs ont récemment découvert quatre nouvelles espèces de caméléons à Madagascar. La plus petite des espèces découverte mesure à l’âge adulte moins de 3 cm. Ces animaux deviennent ainsi les plus petits reptiles recensés de la planète.

Les quatre nouvelles espèces appartiennent au genre Brookesia, également connu sous le nom des caméléons feuilles, qui vivent dans les forêts tropicales isolées dans le nord de Madagascar. Le genre est déjà connu pour contenir certaines espèces très petites, avec des membres en général ressemblant à des versions miniatures d’espèces plus grandes.

Étant donné que les caméléons ont tous l’air très similaire, les chercheurs ont utilisé l’analyse génétique afin de déterminer s’ils appartenaient à des espèces distinctes. Les résultats apparaissent 14 février dans la revue PLoS one.

Les espèces de Brookesia ont tendance à vivre sur un territoire très restreint. La moitié des membres de ce genre se trouvent dans un seul endroit et la plus petite des espèces nouvellement découvertes – Brookesia micra – ne vit que sur une petite île appelée Nosy Hara. La miniaturisation extrême de ce genre est fréquente dans les populations insulaires. Connu sous le nom nanisme insulaire, il peut se produire en raison de ressources limitées et de pressions les poussant à se reproduire plus rapidement.

« La miniaturisation extrême de ces reptiles nains pourrait être accompagnée par de nombreuses spécialisations du plan du corps, ce qui constitue un domaine prometteur pour la recherche future »,

a déclaré Frank Glaw herpétologiste, auteur principal de l’étude, dans un communiqué de presse.

« Mais le plus urgent est de concentrer les efforts de conservation sur ces espèces ainsi que d’autres espèce micro-endemiques à Madagascar qui sont fortement menacées par la déforestation. »

autisme

12 février 2012

Neurologie

L’importance des gènes synaptiques dans l’autisme

L’autisme, nommé grande cause nationale, sera un sujet d’actualité en France pendant toute l’année 2012. Paradoxalement ce syndrome, et surtout ses origines, restent mal connus. Une nouvelle étude démontre que des mutations génétiques perturbant la communication entre les neurones seraient directement impliquées dans la maladie. Ces nouveaux résultats confirment l’origine neurobiologique des troubles du spectre autistique. Lire la Suite