viande-proteine

15 juillet 2012

Metabolisme et Obésité

L’effet coupe-faim des protéines élucidé

Fréquemment recommandées dans les régimes amaigrissants, les protéines alimentaires ont fait la preuve de leur efficacité grâce à leurs effets « coupe-faim ». Des chercheurs français sont parvenus à élucider les mécanismes biologiques responsables de la sensation de satiété ressentie plusieurs heures après un repas riche en protéines. Lire la Suite

La plus petite mouche du monde serait une coupeuse de tête

15 juillet 2012

Avec un talent pour la décapitation, ces phorides seraient les truands du monde des fourmis. En effet, cette famille de mouches dépose ses œufs dans le corps d’une fourmi, et quand les œufs deviennent des larves, elles se nourrissent sur la tête de la fourmi, la faisant éventuellement tomber. C’est l’hypothèse fort jolie formulée par son découvreur Brian Brown, entomologiste au Muséum d’histoire naturelle du comté de Los Angeles, dans le numéro de juillet de la revue Annals of the Entomological Society of America.

Cette illustration permet de comparer la taille de la minuscule Euryplatea nanaknihali à la taille de nos mouches domestiques, Musca domestica.

Avec une taille de 0.4 mm, Euryplatea nanaknihali (son nom savant) est la plus petite mouche répertoriée à ce jour dans le monde. Elle est 15 fois plus petite qu’une mouche domestique (Musca domestica) et cinq fois plus petit que la drosophile bien connue des scientifiques. Malgré sa petite taille, elle serait capable de sectionner la tête de très petites fourmis.

L’unique spécimen a été collecté lors d’une vaste étude de la biodiversité entomologique menée en Tailande. Brian Brown rappelle que la seule autre espèce connue du genre Euryplatea fait partie de ces coupeuses de tête. Elle est habituellement retrouvée sur l’île de Bioko, au large de la Guinée équatoriale. Euryplatea eidemanni est trois fois plus longue que sa cousine thaïlandaise. Elle s’attaque aux fourmis ouvrières de Crematogaster impressa, une espèce de fourmi mesurant 3,5 millimètres de long.

amerindien-thb

14 juillet 2012

Actualité

Le peuplement de l’Amérique vu par la génétique

L’étude la plus complète retraçant l’histoire du patrimoine génétique des populations amérindiennes vient d’être réalisée à partir des données génétiques de 500 personnes provenant de 52 populations amérindiennes et 17 sibériennes. Ce travail démontre qu’il y a eu trois vagues de peuplement distinctes en provenance de Sibérie et que de vastes échanges génétiques se sont ensuite produits entre ces populations. Lire la Suite