Diabète : L’activation spécifique d’un gène transforme certaines cellules du pancréas en cellules bêta sécrétrices d’insuline

Quand les cellules alpha deviennent bêta

Le diabète de type 1 se caractérise par la perte des cellules bêta du pancréas produisant l’hormone insuline. Trouver comment restaurer ces cellules et leur fonction est l’une des principales préoccupations des scientifiques. Grâce à l’activation spécifique d’un gène nommé Pax4, une équipe de chercheurs franco-allemande (1) a réussi à transformer certaines cellules du pancréas en cellules bêta sécrétrices d’insuline. Ces travaux font l’objet d’une publication dans la prestigieuse revue scientifique Cell (référence ci-dessous).

Le diabète de type 1 est une maladie touchant un français sur trois cents et qui se caractérise par la perte des cellules bêta du pancréas synthétisant l’hormone insuline. Il en résulte une élévation de la glycémie qui est classiquement traitée par injections quotidiennes d’insuline. Cependant, du fait de variations de la glycémie provoquées principalement par la prise alimentaire et l’exercice physique, des complications vasculaires importantes peuvent se manifester avec le temps et résulter en amputation, cécité ou même la mort. Il est donc nécessaire de trouver d’autres solutions pour traiter le diabète de type 1.

Dans cette optique et en utilisant un modèle murin, les chercheurs de l’Inserm ont montré qu’il est possible de littéralement transformer certaines cellules du pancréas appelées cellules alpha en cellules bêta synthétisant l’hormone insuline. L’approche utilisée consiste en l’activation forcée d’un seul gène nommé Pax4 dans toutes les cellules alpha. Les résultats prouvent aussi que ces cellules alpha sont continuellement
régénérées et converties en cellules bêta conduisant, dans ce cas précis, à une augmentation massive du
nombre de cellules bêta (voir Figure ci-après). Ces dernières sont fonctionnelles et permettent de traiter un diabète de type 1 induit chimiquement.

cellules-produisant-insuline

Il est important de noter que ces résultats bien que très prometteurs ont été obtenus chez la souris et doivent maintenant être validés chez l’homme.

« Si ces découvertes se confirmaient chez l’homme, nous disposerions alors d’une source abondante de cellules présentes dans le corps transformables en cellules bêta productrices d’insuline. Nous devrions alors découvrir comment forcer, mais aussi contrôler, cette conversion de façon chimique »

explique Patrick Collombat


Notes :
(1)
Equipe dirigée par Patrick Collombat (Unité Inserm 636 « génétique du développement normal et pathologique ») et Ahmed Mansouri (Institut Max Planck – Allemagne)


Référence :
Article :
The Ectopic Expression of Pax4 in the Mouse Pancreas Converts Progenitor Cells into α and Subsequently β Cells
Auteurs : Patrick Collombat, Xiaobo Xu, Philippe Ravassard, Beatriz Sosa-Pineda, Sébastien Dussaud, Nils Billestrup, Ole D. Madsen, Palle Serup, Harry Heimberg et Ahmed Mansouri
Journal de publication : Cell
DOI : 10.1016/j.cell.2009.05.035

Source : Inserm

2 Commentaires

  1. je suis a la rechereche de personne qi aurai des plaque sur les jambes le ventre,avec des demangaison intense le soir peut etre due au medicaments

  2. est-ce que cette convertasisation des cellules n’auras pas effet sur la diminution du taux de glucagon’ !?comment on va diminuer ou masquer le rôle d’une hormone trés importante et dont on a pas surement affirmer son rôle exacte dans l’organisme

    si on greffons des cellule alpha convertis en béta(multiplication en cultre par exemple) sera bcp plus mieux de supprimer l’action d’une hormone en favorisant l’autre………………

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).