Cannabis

Fumer du cannabis expose au risque de cancer du testicule

La consommation de cannabis expose les hommes à un risque accru de développer la forme la plus agressive de cancer du testicule. Cela concerne tout particulièrement les gros consommateurs et les consommateurs de longue durée. Cette étude est publiée dans la version en ligne du journal médical Cancer daté du 9 février1.

CannabisPour cette étude, 369 hommes âgés de 18 à 44 ans diagnostiqués d’un cancer des testicules ont été recrutés. Ils ont été interrogés sur leur usage de marijuana (fleurs séchées). Les chercheurs ont également interrogé un groupe de contrôle de 979 hommes en bonne santé et évalué leur consommation de marijuana.

Les chercheurs ont observé qu’être fumeur de cannabis au moment du diagnostique augmentait le risque de cancer du testicule de 70%. Ce risque était particulièrement élevé (deux fois supérieur par rapport aux gens qui n’avaient jamais fumé) pour les personnes qui consommaient au moins une fois par semaine ou les consommateur de longue date qui avaient commencé à fumer durant leur adolescence.

« Nos travaux ne sont pas les premiers à laisser penser que certains aspects du mode de vie ou l’environnement présentent un risque de cancer des testicules mais c’est la première fois qu’une étude analyse le lien entre la consommation de marijuana et ce cancer »,

a déclaré le Dr Stephen Schwartz, épidémiologiste du Fred Hutchinson Cancer Research Center à Seattle (nord ouest des Etats-Unis), principal auteur de cette recherche.

Les résultats conduisent aussi à penser que la consommation de cannabis pourrait être spécifiquement lié au développement de tumeurs des testicules dites germinales non-séminomateuses (voir encart ci-dessous). Cette forme très agressive frappe les hommes entre 20 et 35 ans et compte pour environ 40% de tous les cas de cancer des testicules, qui reste très rare même si les cas augmentent depuis ces dernières décennies.

La forme la plus commune (séminomateuse) évolue plus lentement et touche les hommes dans la trentaine et la quarantaine.

Depuis les années 1950, l’incidence des deux principales formes de cancer des testicules (non-seminomateuses et séminomateuses) a augmenté de 3 à 6% par an aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Durant la même période, l’usage de cannabis a augmenté dans les mêmes proportions, une observation qui a conduit les chercheurs à avancer l’hypothèse d’un lien entre cette drogue et le cancer des testicules2.


Les différents types de cancer des testicules

Les tumeurs germinales

Parmi les cancers issus des cellules germinales (95 % des cas), on distingue 2 grands types de tumeurs
testiculaires dont le traitement et le pronostic sont différents :

Les tumeurs séminomateuses

Les tumeurs séminomateuses qui représentent 30 à 40 % des cancers du testicule, surviennent majoritairement entre 35 et 45 ans et sont souvent localisées au testicule. En général, ces tumeurs sont traitées par radiothérapie. Une chimiothérapie est rarement nécessaire.

Ces tumeurs séminomateuses se classent en trois catégories :
– les séminomes typiques ou classiques (80 % des cas) ;
– les séminomes anaplasiques (10 % des cas), plus agressifs que les précédents ;
– les séminomes spermatocytaires, qui concernent surtout les patients de plus de 50 ans.

Les tumeurs non seminomateuses

Les tumeurs non seminomateuses (tumeurs embryonnaires), qui représentent 60 à 70 % des tumeurs testiculaires, surviennent essentiellement entre la puberté et 35 ans. Elles ne sont localisées au testicule que dans 30 % des cas et nécessitent souvent une chimiothérapie. Ce sont les carcinomes embryonnaires, les tumeurs du sac vitellin, les choriocarcinomes, et les teratomes.

Les tumeurs non germinales

Les tumeurs non germinales (5% des cas) sont les tumeurs à cellules de Leydig ou à cellules de Sertoli,
les rhabdomyosarcomes et autres sarcomes.

Enfin, de façon exceptionnelle, le testicule peut être le siège d’une métastase d’un autre cancer (du poumon par exemple) ou d’une maladie hématologique (leucémie, lymphome, myélome).

La fréquence de ces différents types de tumeurs varie en fonction de l’age de survenue. Ainsi, le cancer prédominant est :
– chez l’enfant : la tumeur du sac vitellin,
– entre 20 et 30 ans : le choriocarcinome,
– entre 25 et 35 ans : le teratocarcinome ou carcinome embryonnaire,
– entre 30 et 40 ans : le séminome,
– après 50 ans : les séminomes spermatocytaires.

Notes et références

  1. Association of Marijuana Use and the Incidence of Testicular Germ Cell Tumors. Janet R. Daling, David R. Doody, Xiaofei Sun, Britton L. Trabert, Noel S. Weiss, Chu Chen, Mary L. Biggs, Jacqueline R. Starr, Sudhansu K. Dey et Stephen M. Schwartz. Cancer []
  2. Sources: EurekAlert et AFP
    Encart : La ligue contre le cancer []

18 Commentaires

  1. Conneries j’y crois pas une seule seconde.

    Il a été prouvé que le cannabis agissait comme préventif contre les cellules cancereuse, les tumeurs, tout ça quoi …

    stop la propagande soit disant scientifique qui sort des études dont ne sais où invérifiable …

  2. C’est votre droit de ne pas y croire, par contre vous ne pouvez pas remettre en cause une étude sans preuve. C’est une étude parue dans un journal sérieux et qui s’intéresse à une hypothèse bien précise (lien entre consommation de cannabis et RISQUE de cancer du testicule. Ca s’arrête là.
    Les références de l’étude sont clairement indiquées au bas de l’article, libre à vous de le consulter et d’en discuter avec les auteurs de l’étude.

  3. « Les chercheurs ont observé qu’être fumeur de cannabis au moment du diagnostique augmentait le risque de cancer du testicule de 70%. Ce risque était particulièrement élevé (deux fois supérieur par rapport aux gens qui n’avaient jamais fumé) pour les personnes qui consommaient au moins une fois par semaine ou les consommateur de longue date qui avaient consommé a fumer durant leur adolescence. »

    se 3iem paragraphe ne veut rien dire, ils disent que les consomateur de cannabis on un risque de 70% plus elevé d’avoir un cancer (on suppose qu’il compar au non-fumeur, je vois pas a koi d’autre il pourait comparer ) et apres il disen que les fumeur on 2 fois plus de rique d’avoir un cancer par rapport au non fumeur donc 100% de chance en plus.
    il se decredibilise en fesant cet erreur et ca montre peut-etre que ceci n’est pas fondé … a vérifier

    (désolé pour l’orthographe je n’avais pas envie de me relir :p )

  4. plutôt d’accord avec les commentaires. Même si fumer doit avoir des conséquence sur la santé.

    Puis il y a une erreur. La Marijuana ce n’est pas les feuilles, mais la fleur du cannabis. D’ailleurs on le voit bien sur la photo illustrant l’article.

  5. Bonjour a tous, je suis profondement choquer qu’un tel article puisse etre publier sur internet alors que de tres nombreuse etude on prouver le contraire et ce depuis 1970 donc en 2010 on devrait quand meme s’interroger sur les motivtion des gens qui publient sa. Au fait Vulgariz ce n’est pas un droit de ne pas y croire mais un devoir car les etudent dont il parle on ete realiser par des journaliste a partir d’une etude falcifier et cela a deja ete prouver ^^ bravo a tous les autre de manifester contre ce genre de personne aussi abject qu’inhumaine -_-

  6. Salut

    Commentaires étonnants : l’étude prouve un lien très fort, à quoi bon nier ?

    Pour la différence entre 70 % d’augmentation et 100 %, il faut relire : dans un cas on compare le « fumeur de cannabis au moment du diagnostique » et celui qui n’a jamais fumé, dans l’autre « les personnes qui consommaient au moins une fois par semaine ou les consommateur de longue date qui avaient commencé à fumer durant leur adolescence » toujours aux non-fumeurs. Donc un fumeur a 70 % de risques en plus, un fumeur régulier ou ayant commencé jeune en a 100 %, c’est assez clairement bien présenté dans l’article.

    De plus, le réel danger du cette drogue présentée comme « douce » par ceux qui l’utilisent ou veulent en faire la promotion se situe ailleurs : elle augmente de façon démentielle les risques de développer des syndromes schizophréniques. Des études déjà anciennes l’ont démontré, et sans faire dans l’argumentaire facile, on retrouve souvent le mélange cannabis alcool dans les faits divers les plus sordides, comme récemment lors du procès des tortionnaires tueurs du jeune William. Ou bien dans l’affaire des infirmières décapitée, ou dans celle dite « tuerie de Nanterre » qui a fait 8 ou 10 morts.

    Je vais bien entendu me faire descendre par les bien-pensants, qui n’hésitent pas à critiquer les résultats d’une étude scientifique intouchables, et qui devraient s’en donner à cœur joie. Mais, bon, cela ne fera que démonter leur manque d’argument.

    Cordialement.

  7. « Depuis les années 1950 … a augmenté de 3 à 6% par an aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, en Australie et

    en Nouvelle-Zélande. »

    Pourquoi généraliser pour l’Europe; Le cannabis a été officiellement toléré en 1976 aux PAYS-BAS. Ce pays

    ne mérite t-il pas d’avoir une étude statistique à part?

    N’y aurait-il pas eu une inégalité fumeurs/non fumeurs dans ces chiffres?

  8. Pour quoi comme par hasard « cancer des testicule » ? Juste pour faire peur toute facon sa change rien puisque la cigarette nui au spermatozoïde la fertilité donc voila

  9. En tant qu’étudiant en statistique je trouve complètement ridicule cette étude. Elle montre en aucun cas une relation de cause à effet. Pour plus d’information aller voir ce site : http://www.chanvre-info.ch/info/fr/Le-cannabis-un-danger-pour-les.html

  10. cela démontre que les gens sont des pervers sexuels c’est tout.

  11. A LIRE

    Les gens qui fument du cannabis diminuent Leurs Défenses immunitaires Contre les infections et le cancer le d’autres ».

    UNE Selon study Américaine Publiée dans l ‘ European Journal of Immunology , la marijuana qui compre Le Système immunitaire.

    L’Equipe du Dr Prakash Nagarkatti, de l’Université de la Caroline du Sud, un étudié les Composés du cannabis. Le fils prend le format inhibition intérêt du Québec immunitaire due à des system Cellules immuns au Québec l’un découvertes Tout recemment, les Cellules myéloïdes suppressives dérivées de (MDSC). Habituellement, les Cellules immunitaires combattent les infections et les Tumeurs, MAIS les MDSC agissent de Façon Contraire. Chez les Personnes atteintes de cancer, Elles sont Très covenant et affectent also la Réussite des Traitements.
    Ou, parfumeur de la CES marijuana active Cellules MDSC et diminue Fait naturelles les défenses. «Le cannabis EST UNE des Drogues l’les plus consommées au monde et Nous Savons Déjà qu’il a la Propriété d’eliminer les fonctions immunes en sensibilisant le fumeur aux infections et à certains types d de cancer», le Dr Mentionne Nagarkatti.

  12. A lire Actualités sur google

    Les gens qui fument du cannabis diminuent Leurs Défenses immunitaires Contre les infections et le cancer le d’autres ».

    UNE Selon study Américaine Publiée dans l ‘ European Journal of Immunology , la marijuana qui compre Le Système immunitaire.

    L’Equipe du Dr Prakash Nagarkatti, de l’Université de la Caroline du Sud, un étudié les Composés du cannabis. Le fils prend le format inhibition intérêt du Québec immunitaire due à des system Cellules immuns au Québec l’un découvertes Tout recemment, les Cellules myéloïdes suppressives dérivées de (MDSC). Habituellement, les Cellules immunitaires combattent les infections et les Tumeurs, MAIS les MDSC agissent de Façon Contraire. Chez les Personnes atteintes de cancer, Elles sont Très covenant et affectent also la Réussite des Traitements.
    Ou, parfumeur de la CES marijuana active Cellules MDSC et diminue Fait naturelles les défenses. «Le cannabis EST UNE des Drogues l’les plus consommées au monde et Nous Savons Déjà qu’il a la Propriété d’eliminer les fonctions immunes en sensibilisant le fumeur aux infections et à certains types d de cancer», le Dr Mentionne Nagarkatti.

    Autres actualités

    CE-nous au Québec Vous en Pensez! Dites this article Évaluez:

  13. C’est du grand n’importe quoi cette étude cela fait plus de 30 ans que je fume du cannabis et je n’ai pas la moindre celule cancereuse dans mon petit corp a mon age ont fait pas mal de check analyse medical pour voir si tout va bien et tout va bien !!! comme dit précédemment certainement juste de la propagande

    la réponse a l’augmentation des taux de cancer se trouve plus certainement dans la nouriture a base d’additifs chimiques ou autres et boissons que l’on nous vend !!!

    plutot que de vouloir dramatiser l’usage du cannabis qui n’a de cancerigene que la combustion de sa matiere vegetal (resine entre autres) pourquoi ne pas se tourner vers l’alcool et le tabac qui entraine dépendance tout en engendrent des benefices mirobolants a nos états qui se frottes les mains et dont les effets néfastes sont connues de tous l’alcool par exemple tue des milliers de personnes chaques années sur les routes, detruit des familles (violances au sein des foyers, maladies, laissant des familles dans le deuil), engendre des dégâts irreversible sur le cerveau et le corp idem pour le tabac le cannabis n’est rien a côte de ces deux fléaux majeurs de notre société mais nos états en n’on que faire cela régule la population mondial tout en faisant gagner de fortes sommes d’argent

    d’autres fléaux dont la provenance reste floue tel que le HIV et d’autres maladies virales recentes GRIPES crée de toutes pièce en colaboration par certains états pour réguler la population mondial ne vous y trompez pas c’est de cela qu’il sagit concernant ces maladies qui de leurs provenance floue sont des genocides légaux car nous simples travailleurs ne savons pas d’ou proviennes ces maladies mais nos états le savent !! ne vous êtes jammais demander pourquoi le KGB russie avait été dissou la réponse est qu’ils allaient divulguer la réel provenance du HIV qui est beaucoups plus ancien que se que l’on veut bien nous dire et dont le but était d’exterminer les minoritées etniques dans leurs propres pays idée qui suit son cour mais qui avec le changement au sein de nos société et des mentalités n’est plus d’exterminer les minoritées mais de réguler la population mondial

    le remède au HIV existe déjà mais les avancés technologique sont réguler aussi donc pas question de le divulguer comme beaucoups de choses qui vont apparaitre dans un futur existent déjà

    je vous invite a jetter un oeil a cette page web : http://webduweb.free.fr/sida.htm

    comme vous le voyez les idées hitleriennes suivent leurs cours avec quelques changement de trajectoires soit mais elles sont belles et bien toujours d’actualité

    il est temps de demander la verité meme si elle n’est rien de moins que ce que je viens de vous exposez !

  14. 1-Une corrélation n’implique pas une causalité.
    2-L’échantillon est disproportionné.
    3-On ne sait rien des autres habitudes des personnes interrogés. Je sais qu’en France particulièrement, et sûrement ailleurs, les joints sont roulés avec du tabac. Je sais également que le cannabis donne de l’appétit. A-t-on considéré et comparé l’alimentation des deux groupes?
    4-Je ne trouve pas l’article sur à partir de EurekAlert ni AFP, mais je le retrouve l’étude ailleurs à partir du titre. J’approfondirai la question. Dans tous les cas, je trouve carrément inutile de rapporter une un article qui rapporte une étude. C’est pas ce que j’appelle du journalisme, mais plutôt de l’appropriation.
    5-Étrange qu’en 2011 cette page soit encore et toujours dans les premiers résultats google. C’est super pour induire les gens en erreur. Pas étonnant qu’il y ait tant de confusion sur le sujet!
    6-Ces données contredisent des études récentes montrant clairement que le THC pousse les cellules cancéreuses à s’autodétruire (Voir le docu Grass)
    7-À celui qui prétend que l’utilisation du cannabis « augmente de façon démentielle les risques de développer des syndromes schizophréniques »: c’est carrément exagéré et non-supporté. Titres d’études récentes: « New UK study suggests minimal relationship between cannabis and schizophrenia or psychosis », « Cannabis linked to earlier onset of psychosis » (earlier = plus tôt et non causé par), « Cannabis increases risk of psychosis » (contradiction totale), etc… Voyez comme c’est loin d’être clair à ce sujet. Je me demande qui finance ces études et à quel point le protocole est scientifique et rigoureux.
    8-Le cannabis était utilisé sans problème depuis des milliers d’années avant que le gouvernement américain le rendre illégal pour pouvoir arrêter les Mexicains à la frontière, et plus tard pour discriminer les noirs, et surtout, surtout, faire du cash. Tout ce brou-haha aujourd’hui n’est dû qu’à la propagande américaine qui s’est répandu depuis le début du 20e siècle grâce non seulement à la naïveté du public qui ignorait tout de cette drogue, mais aux centaines de milliards de dollars investis dans la guerre contre la drogue, une guerre sans résultat autre que de profiter au gouvernement.

    Alors avant de dire n’importe quoi, de rapporter n’importe quelle étude faisant votre affaire, de juger les gens sur leurs choix personnels, d’invoquer l’autorité légale (que la science ne peut reconnaître) et de propager des opinions non fondées et souvent purement émotionnelles, informez-vous un peu plus et réfléchissez.

  15. Après vérification, le résumé de l’étude dit bien « Une association a été observée », et non qu’une causalité a été démontrée, ce qui prouve que le présent article est trompeur.
    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19204904

  16. Pour ce qui est de la schizophrénie, le commentaire de jiji est un bon exemple des ravages du cannabis sur le cerveau…

  17. excellent Anna …
    il est vrai qu il est facile de savoir ou sont les commentaires des fumeurs qui essayent de se rassurer comme ils peuvent 😉

  18. Ce qui est paradoxal c’est que le tetrahydrocannabinol a un effet déclencheur de cancer s’il est fumé (combustion) et un effet réducteur des tumeurs cancéreuses s’il est ingéré sans combustion, donc les pro-cannabis mettront en avant les vertues (sans combustion) et le anti-cannabis les risques dus à la consommation dans le cas d’une consommation avec combustion (fumage).

    Bref un débat sans fin…

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).