Grippe A / H1N1 : un premier cas de resistance au Tamiflu

Les laboratoires Roche ont confirmé un premier cas de patient porteur du virus A (H1N1) résistant au traitement antiviral Tamiflu.

tamiflu-oseltamivir

David Reddy, chef de la cellule pandémie de Roche, a précisé que ce n’était pas quelque chose d’inattendu puisque cela existe pour la grippe saisonnière.

Ce cas de résistance a été observé au Danemark, le patient de nationalité danoise, est actuellement guéri et n’a plus de signes de la maladie, précise l’Institut danois de sérologie dans un communiqué.

Résistant au Tamiflu, il a été soigné avec un autre type de médicament, le Relenza, un traitement fabriqué par le laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK).

Le Tamiflu est toujours considéré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme efficace contre la forme actuelle de la grippe porcine.

Le Tamiflu : comment ça marche ?

Le Tamiflu (dont le produit actif est le phosphate d’oseltamivir) appartient au groupe de médicaments appelés les inhibiteurs de neuraminidase. Les neuraminidases sont des protéines de surface du virus de la grippe (voir l’illustration ci-dessous) qui permettent de libérer les nouveaux virus formés de la cellule infectée pour que ceux-ci puissent aller infecter de nouvelles cellules cibles (pour en savoir plus sur la neuraminidase et l’hémagglutinine).

structure virus grippe

Le Tamiflu bloque donc les neuraminidases.

Photo Illustration by Mario Tama/Getty Images

2 Commentaires

  1. La neuraminidase sert au contraire à libérer le virus de la cellule hôte infectée…
    l’hémagglutinine permet au virus de pénétrer dans la cellule (en se fixant sur les acides sialiques)
    la neuraminidase est capable de cliver la liaison entre ces acides sialiques et l’hémagglutinine, pour libérer les virions produits.

  2. Merci pour la correction, c’est rectifié. J’en ai profité pour faire un lien pour ceux que ça intéresse d’en savoir un peu plus.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).