Chimpanzee

Hépatite C : un vaccin avec des virus du chimpanzé

Des adénovirus de chimpanzé pourraient servir à fabriquer des vaccins selon deux nouvelles études. En effet, les chercheurs affirment que des vaccins développés à partir de vecteurs viraux provenant du chimpanzé peuvent induire une protection immunitaire contre l’hépatite C.

L’hépatite C est une maladie due à un virus qui infecterait 160 millions de personnes dans le monde et contre laquelle il n’existe aucun vaccin. Les adénovirus humains sont couramment utilisés comme vecteurs pour transférer des gènes dans les cellules humaines dans le but de faire des vaccins ou de la thérapies géniques. Dans les vaccins, les gènes codant pour des antigènes spécifiques du pathogène sont introduits dans le virus. Lorsqu’ils sont produits par les cellules infectées, les antigènes provoquent alors une réponse immunitaire contre eux. Un récent travail indique cependant que les adénovirus humains ne seraient pas les meilleurs vecteurs vaccinaux car beaucoup de gens ont déjà été exposés à ce type de virus. L’immunité préexistante qui en résulte fait que le vecteur viral est éliminé avant d’avoir pu stimuler une nouvelle réponse immunitaire.

La probabilité d’avoir été exposé à des virus de chimpanzé étant très faible, les chercheurs ont envisagé de les utiliser comme vecteurs vaccinaux. Dans une expérience, Stefano Colloca et ses collègues ont identifié de nouveaux adénovirus de chimpanzé et conçu une méthode de criblage pour évaluer leur potentiel immunologique chez la souris. L’équipe a montré que les adénovirus du chimpanzé étaient plus efficaces que la plupart de ceux présents chez l’homme1.

Dans un essai clinique de phase I distinct, Eleanor Barnes et ses collègues se sont servis de l’un des vecteurs de chimpanzé du travail de Stefano Colloca pour administrer un vaccin potentiel contre l’hépatite C à de petits groupes de volontaires. Le vecteur issu du virus de chimpanzé a provoqué une réponse immunitaire spécifique contre le virus, comme l’a fait un vecteur issu d’un adénovirus humain rare, tout en étant sûr et bien toléré. L’équipe a également pu vérifier que les antigènes du virus de l’hépatite C produits par le vaccin activaient des lymphocytes T mémoires chez les volontaires. Ces cellules sont ensuite capables de reconnaître et d’éliminer de nouvelles arrivées du virus2.

Les études ont été publiées dans la revue Science Translational Medicine12.

160 millions de personnes dans le monde serait porteuses du virus de l'hépatite C. (Données CDC Etats-Unis 2004)

Notes et références

  1. Novel Adenovirus-Based Vaccines Induce Broad and Sustained T Cell Responses to HCV in Man. Eleanor Barnes, Antonella Folgori, Stefania Capone, Leo Swadling, Stephen Aston, Ayako Kurioka, Joel Meyer, Rachel Huddart, Kira Smith, Rachel Townsend, Anthony Brown, Richard Antrobus, Virginia Ammendola, Mariarosaria Naddeo, Geraldine O’Hara, Chris Willberg, Abby Harrison, Fabiana Grazioli, Maria Luisa Esposito, Loredana Siani, Cinzia Traboni, Ye Oo, David Adams, Adrian Hill, Stefano Colloca, Alfredo Nicosia, Riccardo Cortese et Paul Klenerman. Science Translational Medicine. [] []
  2. Vaccine Vectors Derived from a Large Collection of Simian Adenoviruses Induce Potent Cellular Immunity Across Multiple Species. Stefano Colloca, Eleanor Barnes, Antonella Folgori, Virginia Ammendola, Stefania Capone, Agostino Cirillo, Loredana Siani, Mariarosaria Naddeo, Fabiana Grazioli, Maria Luisa Esposito, Maria Ambrosio, Angela Sparacino, Marta Bartiromo, Annalisa Meola, Kira Smith, Ayako Kurioka, Geraldine A. O’Hara, Katie J. Ewer, Nicholas Anagnostou, Carly Bliss, Adrian V. S. Hill, Cinzia Traboni, Paul Klenerman, Riccardo Cortese et Alfredo Nicosia. Science Translational Medicine. [] []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).