La consommation d’alcool augmente le risque de développer un cancer

Une étude canadienne établit un lien entre la consommation importante de bière et de spiritueux et six types de cancers

biere-allemagne
Les personnes qui consomment des quantités importantes de bière et de spiritueux courent un risque beaucoup plus élevé de développer un cancer que la population en général, d’après une étude réalisée par un groupe d’épidémiologistes et de chercheurs sur le cancer de Montréal (Canada). Selon leurs résultats, les gros buveurs d’alcool augmentent par sept leur risque de développer un cancer de l’oesophage, ont 80 pour cent plus de risques de développer un cancer du côlon, et le risque d’apparition d’un cancer du poumon est accru de 50 pour cent. Ces résultats ont été publiés dans la revue spécialisée Cancer Detection and Prevention (référence ci-dessous).

Le vin épargné

Au total, les chercheurs ont découvert des liens statistiquement significatifs entre la consommation importante de bière et de spiritueux et six types de cancer différents. Le fait de boire modérément (c’est-à-dire moins d’une fois par jour) et de boire du vin n’ont toutefois pas produit les mêmes effets.

La recherche a été menée par Andrea Benedetti, de l’Université McGill (Canada), Marie-Élise Parent, de l’INRS-Institut Armand Frappier (Canada), et Jack Siemiatycki, de l’Université de Montréal (Canada.)

« Nous avons examiné les données de deux manières »,

a déclaré Andrea Benedetti, professeure adjointe aux départements de médecine et d’épidémiologie, biostatistique et santé au travail.

Risque plus élevé de cancer de l’osophage, du côlon, du foie, du pancréas, du poumon et de la prostate

« Nous avons comparé des personnes qui buvaient de manière importante à notre groupe de référence, qui s’abstenait de boire ou ne le faisait qu’occasionnellement. Nous avons aussi examiné les tendances au sein de nos catégories : personnes ne consommant pas d’alcool, consommateurs hebdomadaires et consommateurs quotidiens. »

Les résultats ont été stupéfiants.

« Nous avons relevé un risque plus élevé de cancer de l’osophage, du côlon, du foie, du pancréas, du poumon et de la prostate »,

a ajouté la Pre Benedetti.

« Les cancers de l’oesophage et du foie représentaient les risques les plus élevés. « 

« Cette étude confirme ce que plusieurs études portant la consommation d’alcool et sur divers types de cancer ont révélé petit à petit »,

a déclaré le Pr Jack Siemiatycki, titulaire d’une chaire de recherche du Canada et de la Chaire de recherche Environnement-Cancer Guzzo de l’Université de Montréal.

Les chercheurs ont utilisé des données recueillies à l’origine pour une importante étude sur le cancer lié au travail, effectuée à Montréal dans les années 1980. Ces renseignements constituaient une mine d’or selon les déclaration du professeure Benedetti.

« Des entrevues avaient été menées auprès de personnes pour recueillir des renseignements sur l’ensemble de leur vie et leur historique professionnel, de même que des détails sur les éléments auxquels elles auraient pu avoir été exposées « ,

a-t-elle expliqué.

« Ce qui est merveilleux pour nous, c’est que les données comprenaient aussi des renseignements sur des facteurs non professionnels comme la consommation d’alcool et de cigarettes, le régime alimentaire et le statut socio-économique, entre autres. « 

« Nous avons déterminé que, la plupart du temps, les personnes qui consomment peu d’alcool sont moins touchées ou ne le sont pas du tout »,

a déclaré la Proffesseure Benedetti.

« Ce sont les personnes qui boivent chaque jour ou plusieurs fois par jour qui sont à risque. Cela ajoute au nombre croissant de preuves indiquant que le fait de consommer beaucoup d’alcool nuit considérablement à la santé, de plusieurs manières, et que le cancer représente une part importante des risques. « 


Référence :
Article
: Lifetime consumption of alcoholic beverages and risk of 13 types of cancer in men: Results from a case–control study in Montreal
Auteurs : Andrea Benedetti, Marie-Elise Parent, Jack Siemiatycki
Journal de publication :
Doi:10.1016/j.canep.2009.03.001

Source : EurekAlert

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).