L’acide folique prévient les malformations cardiaques congénitales

acide-foliqueLe Canada a mis en place, dés 1998, une politique préconisant l’ajout d’acide folique (aussi appelé vitamine B9 ou encore folate) à la farine enrichie et à d’autres produits céréaliers fortifiés afin de réduire les risques d’anomalies congénitales du tube neural chez les nouveau-nés. Il semblerait que cette politique a déjà prouvé son efficacité. Le dernier article publié dans le British Medical Journal par une équipe de chercheurs du Centre McGill d’excellence pour les maladies congénitales du coeur (Unité MAUDE), de l’Institut de recherche du Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM) et de l’Université McGill, prouve qu’elle diminue également l’incidence des malformations cardiaques congénitales de plus de 6%.

« Cette baisse est très importante et elle est probablement sous-estimée, « 

selon Raluca Ionescu-Ittu, une doctorante de l’Unité MAUDE.

« D’autres facteurs connus pour provoquer potentiellement plus de malformations cardiaques congénitales ont augmenté pendant la période de l’étude, donc sans la fortification nous aurions du observer une augmentation de ces malformations. »

En effet : à partir de décembre 1998 tous les produits céréaliers vendus au Canada ont été fortifiés en acide folique à raison de 0,15mg de folate par tranche de 100g de farine. Or les chercheurs ont prouvé, grâce aux banques de données provinciales, que le taux de malformations cardiaques congénitales entre 1990 et 1999 était de 1,64 pour 1000 naissances, contre 1,47 pour 1000 naissances entre 1999 et 2005. Soit une baisse de 6,2% par an du taux de malformations cardiaques congénitales après 1999.

Malgré ce succès des efforts de prévention sont encore nécessaires pour encourager les futures mères à prendre des suppléments en acide foliques.

« Le niveau de fortification a été décidé de façon à ne pas provoquer d’effets secondaires négatifs dans la population en général, »

explique Mme Ionescu-Ittu.

« Mais il n’est pas entièrement suffisant pour les femmes qui prévoient d’être enceintes : elles devraient commencer à prendre des suppléments trois mois avant le début de leur grossesse. « 

Les effets bénéfiques de l’acide folique pour le développement de l’embryon et du bébé sont constamment réévalués et remis à jour dans différents domaines. Or les sources naturelles de la vitamine telles que les fruits ou les légumes verts peuvent ne pas suffire pour fournir une dose suffisante à une femme enceinte. Les gynécologues sont donc nombreux à conseiller des suppléments en plus d’un régime sain et riche en acide folique.


Référence :
Article : Prevalence of severe congenital heart disease after folic acid fortification of grain products: time trend analysis in Quebec, Canada [Abstract]
Auteurs : Raluca Ionescu-Ittu, Ariane J Marelli, Andrew S Mackie et Louise Pilote
Journal de publication : British Medical Journal

Source: EurekAlert
Illustration : Les folates : n’attendez pas d’être enceinte pour les inviter à table ! Affiche d’une campagne du Programme National Nutrition Santé pour la consommation de folates avant la grossesse.

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).