Le mécansime d’action de l’eau de Javel enfin compris

Le mécansime d'action de l'eau de Javel enfin compris Depuis son invention par le chimiste Claude-Louis Berthollet en 1775, l’eau de Javel a rendu bien des services. L’action désinfectante de l’eau de Javel est bien connu et largement utilisée mais curieusement, la science ne permettait pas jusqu’à aujourd’hui d’expliquer le mécanisme d’action de l’eau de Javel. C’est chose faite grâce à une étude publiée dans la prestigieuse revue scientifique Cell.

Dans l’étude datée du 14 novembre l’équipe du Dr Ursula Jakob de l’Université du Michigan (Etats-Unis) a décrit le mécanisme par lequel l’acide hypochloreux (HOCl), la substance active de l’eau de Javel, s’attaque aux protéines essentielles composant les bactéries conduisant à la destruction de celles-ci.

A haute température les protéines perdent leur structure tri-dimensionnelle et s’agrègent en larges, insolubles, agrégats comme lorsque on fait bouillir un oeuf. Et comme pour les oeufs une fois à l’état solide il est impossible de revenir à l’état liquide. L’eau de Javel se comporte un peu comme la chaleur avec les protéines. L’acide hypochloreux fait perdre aux protéines leur structure tri-dimensionnelle.

Ce mécanisme est également utilisé par les organismes vivants. Les cellules immunitaires secrètent de l’hypochlorite pour se défendre contre les bactéries. Cette substance ne distingue pas le bon du mauvais et s’attaque également à nos propres tissus participant ainsi à l’inflammation des tissus autour d’une blessure.

Source: EurekAlert!

3 Commentaires

  1. je trouve tres exacte ces affirmations mais est il possible d’injecter l’acide hydrochlorique dans les veines d’un etre humain pour détruire des bactéries présente dans le sang

  2. Non! C’est un produit toxique et dangereux. Il faut éviter tous contact avec les tissus et encore moins l’injecter.

  3. Que devient l’eau de Javel après avoir tué les bactéries?

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).