Le syndrome métabolique : un mal méconnu

Le syndrome métabolique concerne 20% des plus de 40 ans en France (40% aux Etats-Unis). C’est une maladie silencieuse qui s’aggrave avec l’âge et augmente fortement le risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète, maladies hépatiques. Une véritable bombe à retardement.

Le syndrome métabolique ou encore syndrome d’insulinorésistance, autrefois appelé le syndrome X, est une entité clinicobiologique qui est définie par la présence de facteurs de risques cardio-vasculaires:

  • Tour de taille > 102 cm chez les hommes et > 88 cm chez les femmes – à moduler selon le groupe ethnique ;
  • Cholestérol HDL (bon cholestérol) < 40 mg/dl chez les hommes et < 50 mg/dl chez les femmes (ou sous traitement) ;
  • Triglycérides > 150 mg/dl (1,7 mmol/L) (ou sous traitement) ;
  • Glycémie à jeun > 1 g/dl (ou sous traitement) ;
  • Tension artérielle > 130-85 mm Hg (ou sous traitement)

Le syndrome est généralement diagnostiqué lorsqu’au moins trois de ces désordres sont présents. Ces facteurs pris un à un sont inférieurs au seuil pathologique mais leur combinaison est dangereuse.
Une bonne hygiène de vie

Les principaux dangers sont d’une part le risque d’accident cardiovasculaire et d’autre part de développer un diabète de type 2. Les patients atteints du syndrome métabolique ont une incidence accrue d’insuffisance rénale, AVC et rétinopathies.

Bien qu’il existe des médicaments contre les différents facteurs, il n’existe pas de traitement spécifique pour lutter contre le syndrome métabolique, seul un changement de mode de vie peut aider à faire régresser la maladie.

La perte de poids, l’activité physique, une alimentation appropriée sont les « thérapies » de choix pour lutter contre le syndrome métabolique. D’autres mesures comme arrêter de fumer sont essentielles.

Un Commentaire

  1. Pingback : Des fruits secs pour lutter contre le diabète » Le nutrinaute - Manger mieux pour vivre mieux

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).