Le Viagra protègerait le cœur contre les dommages causés par l’hypertension artérielle

Le Viagra protègerait le cœur contre les dommages causés par l'hypertension artérielle Une nouvelle étude suggère que le citrate de sildenafil, plus connu sous le nom de Viagra, protègerait le cœur contre les dommages causés par l’hypertension artérielle. L’étude a été menée par le Johns Hopkins University School of Medicine (Baltimore, Etats Unis) et les résultats sont publiés dans le numéro du 5 janvier de la revue médicale Journal of Clinical Investigation.

Le sildénafil est généralement indiqué pour les troubles érectiles et l’hypertension artérielle pulmonaire, mais la molécule avait déjà précédemment montré qu’elle pouvait amélioré la fonction cardiaque.

Dans cette étude, les chercheurs ont montré chez la souris que le sildenafil agissait sur une protéine appelée RSG2 (regulator of G-protein signaling 2). Cette protéine RSG2 a notamment pour fonction de protéger le muscle cardiaque contre les effets néfastes de l’hypertension artérielle.

Pour le Dr. David Kass qui a dirigé cette étude :

Le sildenafil, très clairement, prolonge les effets du RSG2.

Les chercheurs ont pour cela utilisé des souris génétiquement modifié de façon à ce qu’elle n’expriment pas la molécule RSG2. On a induit chez ces souris, pendant une semaine, une hypertension artérielle. Chez ces souris le cœur a rapidement augmenté en poids de 90%, un phénomène connu sous le nom d’hypertrophie cardiaque. Presque la moitié de ces souris sont mortes d’une défaillance cardiaque. Par contre, chez les souris normales qui expriment la protéine RSG2, le coeur a connu une croissance retardé et plus modéré (30%). Aucune de ces souris n’est morte.

Les chercheurs ont ensuite traités les souris normales hypertendus avec le sildenafil. Ce traitement a eu pour effet d’amplifier l’effet protecteur observé, l’hypertrophie était moins importante et le coeur se contractait et se relâchait plus vigoureusement et beaucoup dix fois moins d’activité enzymatique liée au stress. Ils n’observèrent aucun effet chez les souris n’exprimant pas la protéine RSG2.

En réaction à l’hypertension artérielle, une cascade de réactions connues sous le nom de « Gq signaling » conduirait à des dommages sur le coeur (hypertrophie, insuffisance cardiaque). La protéine RSG2, selon le Dr Kass, agirait ainsi comme un mécanisme interrompant cette cascade notamment en bloquant une protéine appelée phosphodiestérase 5 (PDE5A). Son équipe avait déjà montré en 2005 que le sildenafil bloquait la PDE5A et limitait ainsi l’hypertrophie cardiaque causée par l’hypertension artérielle chez la souris.

De plus en plus d’évidences sont accumulés montrant que cette voie de signalisation Gq joue un rôle fondamentale dans la relation entre hypertension artérielle et hypertrophie cardiaque. Des travaux plus approfondis sur la protéine RSG2 devrait permettre de développer de nouvelles thérapeutiques incluant le sildenafil contre l’insuffisance cardiaque.

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).