Les USA approuvent une nouvelle thérapie cellulaire pour traiter des cancers avancés de la prostate

cancer-prostateL’autorité américaine des médicaments (FDA), a autorisé la semaine dernière la mise sur le marché du Provenge, une nouvelle thérapie cellulaire pour traiter des cancers avancés de la prostate. C’est la première fois qu’un traitement de ce type de traitement reçoit l’aval des autorités gouvernementales pour être commercialisé. Cette thérapie utilise le système immunitaire de l’organisme tel un vaccin pour combattre le cancer.

Provenge, développé par la firme de biotechnologie Dendreon, est destiné aux hommes pour le traitement de cancers de la prostate qui se sont déjà propagés à d’autres parties de l’organisme et sont résistants aux thérapies hormonales conventionnelles.

« Provenge offre une option de traitement pour les hommes souffrant de cancers avancés de la prostate ayant peu de choix de thérapies efficaces »,

a déclaré dans un communiqué le Dr Karen Midthun, directrice par intérim du Centre d’évaluation et de recherche biologique.

Les chercheurs travaillent depuis plusieurs décennies au développement de cette approche thérapeutique.

« L’autorisation de mise sur le marché de Provenge (…) représente une avancée scientifique et clinique importante pour le traitement du cancer de la prostate »,

souligne le Dr Philip Kantoff, chef du service de recherche clinique à l’Institut du Cancer Dana-Farberer et Professeur de Médecine à la faculté de Médecine de Harvard (Massachusetts, nord-est).

« Les immunothérapies contre le cancer qui utilisent le propre système immunitaire du patient vont probablement créer un nouveau paradigme de traitements anti-cancéreux »,

ajoute-t-il dans un communiqué.

Le cancer de la prostate est le second plus fréquent parmi les hommes aux Etats-Unis après le cancer de la peau. Il touche surtout les hommes les plus âgés.

Quelque 192.000 nouveaux cas de cancer de la prostate ont été diagnostiqués en 2009 aux Etats-Unis et environ 27.000 hommes en sont morts, selon l’Institut National américain du Cancer.

Selon l’essai clinique de phase 3 conduit avec 512 patients atteints d’un cancer de la prostate ayant fait des métastases et réfractaire à la chimiothérapie, ceux traités avec Provenge ont vécu 4,1 mois plus longtemps que ceux du groupe témoin (25,8 mois contre 21,7 mois).

Presque tous les malades traités avec Provenge ont eu certains effets secondaires dont les plus fréquents ont été la fatigue, la fièvre, le mal au dos, des nausées, des maux de tête et des articulations douloureuses.

La majorité de ces réactions ont été légères ou modérées, précise la FDA (Food and Drug Administration).

Environ un quart des patients dans l’étude clinique ayant pris du Provenge ont eu des effets secondaires plus sévères dont 3,5% des attaques cérébrales. Ce taux se compare à 2,6% dans le groupe témoin.

Source : AFP
Le communiqué de presse de la FDA (an anglais)
Site internet : Provenge.com
Illustration : Wellcome

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).