Photo du jour : les serpents sont très bons pour retrouver le chemin de la maison

20 mars 2014

Les pythons ont une remarquable abilité à retrouver le chemin de la maison d’après une étude américaine publiée dans la revue Biology Letters.

Les chercheurs ont capturé six pythons birmans (Python molurus bivittatus) dans les Everglades, une zone humide subtropicale du sud de la Floride aux Etats-Unis, et les ont relâchés jusqu’à 30 km de leur lieu de capture (carte ci-dessous). En l’espace de quelques mois 5 des 6 serpents avaient retrouvé sa région d’origine. Les chercheurs ont aussi observé que les serpents, marqués avec des GPS, avaient des déplacements trois fois plus rapide et moins erratiques lorsqu’ils étaient éloignés de leur région d’origine.

La course du guépard en slow-motion

9 décembre 2012

Superbe vidéo montrant la course du guépard en slow-motion.

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

La vidéo a été réalisée par la magazine National Geographic. Le guépard est considéré comme l’animal terrestre le plus rapide au monde, avec une vitesse pouvant atteindre 110 km/h. Voir la vidéo en HD.

La plus petite mouche du monde serait une coupeuse de tête

15 juillet 2012

Avec un talent pour la décapitation, ces phorides seraient les truands du monde des fourmis. En effet, cette famille de mouches dépose ses œufs dans le corps d’une fourmi, et quand les œufs deviennent des larves, elles se nourrissent sur la tête de la fourmi, la faisant éventuellement tomber. C’est l’hypothèse fort jolie formulée par son découvreur Brian Brown, entomologiste au Muséum d’histoire naturelle du comté de Los Angeles, dans le numéro de juillet de la revue Annals of the Entomological Society of America.

Cette illustration permet de comparer la taille de la minuscule Euryplatea nanaknihali à la taille de nos mouches domestiques, Musca domestica.

Avec une taille de 0.4 mm, Euryplatea nanaknihali (son nom savant) est la plus petite mouche répertoriée à ce jour dans le monde. Elle est 15 fois plus petite qu’une mouche domestique (Musca domestica) et cinq fois plus petit que la drosophile bien connue des scientifiques. Malgré sa petite taille, elle serait capable de sectionner la tête de très petites fourmis.

L’unique spécimen a été collecté lors d’une vaste étude de la biodiversité entomologique menée en Tailande. Brian Brown rappelle que la seule autre espèce connue du genre Euryplatea fait partie de ces coupeuses de tête. Elle est habituellement retrouvée sur l’île de Bioko, au large de la Guinée équatoriale. Euryplatea eidemanni est trois fois plus longue que sa cousine thaïlandaise. Elle s’attaque aux fourmis ouvrières de Crematogaster impressa, une espèce de fourmi mesurant 3,5 millimètres de long.

Vidéo d’un tourbillon de poussière sur Mars

7 avril 2012

La Nasa a réalisé une animation à partir des images spectaculaires du gigantesque tourbillon de poussière à la surface de la planète Mars observé depuis l’orbite de Mars grâce à la sonde Mars Reconaissance Orbiter.

Nous en parlions il y a peu, la caméra HiRISE (High Resolution Imaging Science Experiment) de la sonde MRO avait réussi à capturer des images spectaculaires d’un tourbillon de poussière martien traversant la région Amazonis Planitia, dans l’hémisphère nord de la planète. La Nasa a réalisé une animation vidéo de ce tourbillon de poussière d’une hauteur de 20 km pour 70 mètres de largeur (beaucoup plus impressionnant qu’initialement estimé).

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Ce « diable de poussière » (traduction de la dénomination américaine dust devil), se forme par beau temps sur Terre comme sur Mars lorsque le sol chauffé par le soleil réchauffe à son tour l’air environnant. L’air tourbillonne alors en s’élevant lorsqu’il est sec entrainant les poussières dans le tourbillon ce qui le rend visible.