Les bactéries dans vos solutions d’entretien pour lentilles

18 avril 2014

Il serait peut être judicieux de laisser vos lentilles de contact dans leur solution d’entretien un peu plus longtemps. En effet, des chercheurs ont récemment montré que la bactérie Pseudomonas aeruginosa, qui peut provoquer une inflammation de la cornée (kératite microbiale) pouvant avoir des conséquences aussi dramatique qu’une perte de la vue, est capable de survivre jusqu’à 4 heures dans les solutions d’entretien pour lentilles standards. Bien que la majorité des souches bactériennes soient tuées dans les 10 minutes après avoir été immergés dans la solution, la résistance de P. aeruginosa suggère que les fabricants doivent revoir la formulation des solutions désinfectantes.

Ces travaux ont été présentées à la conférence annuelle de la Société pour la microbiologie générale à Liverpool au Royaume-Uni.

Pithovirus_sibericum

5 mars 2014

Microbiologie

Un virus géant âgé de plus de 30 000 ans ramené à la vie

Un nouveau type de virus géant a été découvert dans le sol gelé de l’extrême Nord-Est sibérien ou il a survécu congelé plus de 30 000 ans1. Enfoui dans le sol, ce virus géant, baptisé Pithovirus est inoffensif pour l’Homme et les animaux. Bien que sa taille et sa forme en amphore rappelle celles de Pandoravirus, l’analyse de son génome et de son mode de réplication prouve que Pithovirus est très différent. Ces travaux portent ainsi à trois le nombre de familles distinctes de virus géants. Lire la Suite

Observation d'un groupe de staphylocoques dorés en microscopie électronique. © Institut Pasteur

4 novembre 2012

Microbiologie

Staphylocoque doré : une piste pour expliquer sa résistance aux antibiotiques

Des chercheurs français ont pour la première fois prouvé que l’activation d’un gène du staphylocoque doré permettait à ce dernier d’incorporer de l’ADN exogène et de devenir résistant à la méticilline. Ils ont également identifié deux mécanismes d’activation de ce gène. Ces résultats constituent un pas important dans la compréhension des mécanismes d’acquisition des gènes de résistance aux antibiotiques par S. aureus. Lire la Suite

23 avril 2011

Génétique, Microbiologie

Les bactéries intestinales permettent de différencier les individus

De même qu’il existe des groupes sanguins, les chercheurs viennent d’identifier trois signatures bactériennes intestinales. Ces trois «entérotypes» s’avèrent indépendants de l’origine géographique d’un individu, de son âge ou de son état de santé. Ils sont principalement déterminées par l’abondance de certains types de bactéries mais aussi par leur potentiel génétique (c’est-à-dire par les fonctions que leurs gènes codent). Ces recherches, ouvrent de nombreuses perspectives d’applications dans le domaine de la nutrition et de la santé humaine. Lire la Suite