Les personnes autistes résolvent les problèmes plus rapidement que les non-autistes

autismeSelon une étude conjointe des université de Montréal (Canada) et Harvard (Etats-Unis), les personnes autistes résolvent les problèmes jusqu’à 40 % plus rapidement que les non-autistes. Les résultats sont publiés dans la revue spécialisée Human Brain Mapping. Au cours de cette recherche, les participants devaient compléter des motifs dans le cadre du test Raven’s Progressive Matrices (RPM), qui mesure les aptitudes à tester des hypothèses, à résoudre des problèmes et à apprendre.

« Les deux groupes ont réussi le test des matrices avec la même précision, mais les autistes ont été plus rapides et semblent avoir utilisé des parties du cerveau traitant l’information visuelle,

explique Isabelle Soulières, une chercheuse post-doctorale de l’Université Harvard, qui a réalisé l’étude à l’Université de Montréal.

Certaines critiques prétendaient que les autistes seraient incapables d’effectuer le test RPM à cause de sa complexité. Or, notre étude démontre qu’ils le réussissent aussi bien et qu’ils ont une perception plus développée que les non-autistes. »

Les chercheurs ont recruté 15 personnes autistes et 18 autres non-autistes pour l’étude. Âgés entre 14 et 36 ans, les participants ont été jumelés en fonction de leurs résultats préliminaires à l’échelle d’intelligence de Wechsler pour adultes. Ils se sont tous prêtés à un examen d’imagerie par résonance magnétique durant la résolution des problèmes du test RPM afin que l’on puisse explorer leur activité neuronale. Bien que l’autisme soit dû à une incapacité neurodéveloppementale courante caractérisée par de profondes différences dans le traitement et l’analyse de l’information, cette étude a démontré que les autistes possèdent de bonnes capacités de raisonnement qui mettent à profit leurs forces en perception.

« Cette étude s’ajoute à nos résultats précédents et devrait aider les éducateurs à tirer parti des capacités intellectuelles des autistes,

affirme le co-auteur Laurent Mottron, directeur de la nouvelle Chaire de recherche Marcel et Rolande Gosselin en neurosciences cognitives fondamentales et appliquées du spectre autistique de l’Université de Montréal et professeur de psychiatrie.

On devrait sans cesse pousser les limites des autistes et on ne devrait jamais simplifier leur matériel didactique. »

« Le test Raven’s Progressive Matrices est l’un des tests les plus complexes qui donne une idée de la façon dont une personne comprend et formule des règles, hiérarchise des buts et pratique des abstractions de haut niveau. Nous avons fait le pari que les autistes pouvaient réussir un tel test, et ils ont dépassé nos attentes »,

conclut Dr Soulières.


Référence :
Article : Enhanced visual processing contributes to matrix reasoning in autism
Auteurs : Isabelle Soulières, Michelle Dawson, Fabienne Samson, Elise B. Barbeau, Chérif P. Sahyoun, Gary E. Strangman, Thomas A. Zeffiro, Laurent Mottron
Journal de publication : Human Brain Mapping
DOI : 10.1002/hbm.20831

Source : EurekAlert

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).