AVC : Dix facteurs représentent 90 % des risques d’accidents vasculaires cérébraux

pression-arterielleDix facteurs représentent 90 % du risque global d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) selon une vaste étude publiée dans la revue médicale britannique The Lancet1.

Ces résultats ont été obtenus dans le cadre de l’étude Interstroke, présentée au congrès mondial de cardiologie de Pékin, menée sur un total de 6.000 personnes (3.000 cas d’accident vasculaire cérébral et 3.000 cas témoins), dans 22 pays, de 2007 à 2010.

    Les facteurs sont :

  • pression artérielle élevée (supérieure à 160/90 mm Hg)
  • tabagisme
  • obésité abdominale
  • régime alimentaire
  • sédentarité
  • lipides
  • diabète
  • consommation d’alcool
  • stress et dépression
  • troubles cardiaques

Deux types d’AVC

Tous ces facteurs sont associés de façon significative à l’AVC de type ischémique, le plus fréquent (80% des AVC), lorsqu’un vaisseau se bouche dans le cerveau. Pour l’AVC d’origine hémorragique (lorsqu’un vaisseau sanguin se rompt), les facteurs de risque significatifs sont l’hypertension, le tabagisme, l’obésité abdmominale, le régime alimentaire, et la consommation d’alcool.

Le top 5

    L’étude montre aussi que 5 facteurs représentent plus de 80 % du risque global d’AVC :

  1. l’hypertension
  2. le tabagisme
  3. l’obésité abdominale
  4. le régime alimentaire
  5. la sédentarité

L’hypertension est associée à un tiers du risque global d’AVC, et augmente le risque de plus de deux fois et demie par rapport à des personnes avec une tension normale, selon les résultats de l’étude.

Les fumeurs ont quant à eux deux fois plus de risque d’AVC que les non-fumeurs, le tabagisme étant associé à un AVC sur 5.

« Nos résultats montrent que 5 facteurs représentent plus de 80% du risque global d’AVC : hypertension, tabagisme, obésité abdominale, régime alimentaire et sédentarité »,

ont indiqué les chercheurs.

Ils soulignent que neuf des dix risques (en excluant les troubles cardiaques) de l’étude Interstroke sont identiques à ceux de l’étude Interheart sur les facteurs de risques d’attaque cardiaque, conduite également par le Dr Salim Yusuf (université McMaster, Hamilton, Canada). L’importance relative de ces risques diffère néanmoins pour les deux types d’attaque.

« Des interventions ciblées pour réduire l’hypertension et le tabagisme et promouvoir l’activité physique et une alimentation saine pourraient réduire sensiblement le fardeau des attaques »,

estiment les auteurs de l’étude.

Ils ont lancé la 2e phase de l’étude Interstroke, avec l’objectif d’inclure 20.000 participants2.

Infographie

infographie-AVC

Notes et références

  1. Risk factors for ischaemic and intracerebral haemorrhagic stroke in 22 countries (the INTERSTROKE study): a case-control study. Martin J O’Donnell, Denis Xavier, Lisheng Liu, Hongye Zhang, Siu Lim Chin, Purnima Rao-Melacini, Sumathy Rangarajan, Shofiqul Islam, Prem Pais, Matthew J McQueen, Charles Mondo, Albertino Damasceno, Patricio Lopez-Jaramillo, Graeme J Hankey, Antonio L Dans, Khalid Yusoff, Thomas Truelsen, Hans-Christoph Diener, Ralph L Sacco, Danuta Ryglewicz, Anna Czlonkowska, Christian Weimar, Xingyu Wang, Salim Yusuf, on behalf of the INTERSTROKE investigators. The Lancet []
  2. Sources : AFP
    Les illustrations de l’infographie proviennent de la Fondation des maladies du cœur []

Un Commentaire

  1. Toutefois une bonne alimentation peut contribuer à réduire le risque d’AVC. Il y a un article publié sur le site http://www.mutuelle-assur.com qui en parle et qui s’intitule « une alimentation saine protège de l’accident vasculaire cérébral ». Le gouvernement a également déployé un plan de lutte contre les AVC et qui s’échelonnera sur 4 ans (de 2010 à 2014).

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).