addiction_cocaine_vieillissement_cerveau

La cocaïne accélère le vieillissement du cerveau

Les cerveaux des usagers chroniques de cocaïne vieillissent beaucoup plus rapidement que ceux des non-consommateurs. Cette étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Cambridge montrent en effet que la prise régulière de cocaïne entraine une perte nettement plus élevé de matière grise.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont examiné l’activité cérébrale de 120 participants, du même sexe, du même âge et au QI identique. La moitié d’entre eux étaient dépendants à la cocaïne alors que l’autre moitié n’en consommait pas.

La perte de matière grise dans le cerveau avec l’âge est bien plus rapide chez ces usagers de cocaïne

Les chercheurs constatent que les usagers de cocaïne perdent environ 3,08 ml de volume du cerveau par an, soit presque le double de la perte liée à l’âge constatée chez des volontaires sains (1,69 ml par an). Cette baisse du volume du cerveau liée à l’âge s’avère plus concentrée dans le cortex préfrontal et temporel, des zones du cerveau associées à l’attention, la prise de décision, à l’auto-régulation ainsi qu’à la mémoire.

A un âge moyen, les mêmes déficits cognitifs que chez des personnes plus âgées

Des études avaient déjà montré que les changements psychologiques et physiologiques typiquement associées à la vieillesse tels que le déclin cognitif, l’atrophie du cerveau et l’immunodéficience sont également plus prononcés chez les personnes dépendantes à la cocaïne. C’est la première fois que le vieillissement prématuré du cerveau est associé à l’abus chronique de cocaïne. L’un des auteurs de l’étude, le Dr Karen Ersche, de l’Université de Cambridge, explique:

« Quand nous vieillissons, nous perdons tous de la matière grise. Cependant, ce que nous constatons ici est que les usagers réguliers de cocaïne perdent de la matière grise à un rythme significativement plus rapide, ce qui est un signe de vieillissement prématuré. Ces résultats apportent un nouvel éclairage sur les raisons des déficits cognitifs observés chez les personnes âgées ou bien observés chez les usagers chroniques de cocaïne ».

Le vieillissement prématuré chez les usagers réguliers de cocaïne est une préoccupation émergente de santé publique. 21 millions de personnes dans le monde sont usagers de cocaïne et 1% d’entre elles deviennent dépendantes. Par ailleurs, les auteurs alertent sur le problème largement négligé du nombre croissant d’usagers de drogues plus âgés, qui consomment des drogues comme la cocaïne depuis l’âge adulte et dont les besoins ne sont pas bien pris en charge.

Les résultats de cette étude ont été publiées dans la revue Molecular Psychiatry1

Notes et références

  1. K D Ersche, P S Jones, G B Williams, T W Robbins & E T Bullmore. Cocaine dependence: A fast-track for brain ageing? Molecular Psychiatry. Article en PDF. []

Catégories : Addiction, Neurologie | Mots-clés : , | Lien Permanent

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).