La maladie de Parkinson est-elle due à un trouble immunitaire

Des cellules du système immunitaire normalement chargées de la lutte contre les agressions microbiennes, sont impliquées dans la maladie de Parkinson, car en s’infiltrant dans le cerveau, elles se transforment en « tueuses de neurones », selon des chercheurs français. L’étude est publiée dans la revue Journal of Clinical Investigation.

Ces travaux constituent une piste de recherche pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques aux effets secondaires limités, estiment les chercheurs.

« De manière surprenante, nous avons observé récemment qu’une population particulière de globules blancs circulant dans le sang, les lymphocytes T, était présente en grand nombre dans le cerveau, à l’autopsie, des patients atteints de la maladie de Parkinson. Ces cellules, qui sont essentielles aux défenses immunitaires et sont normalement exclues du cerveau, pourraient ainsi contribuer à l’inflammation cérébrale au cours de la maladie de Parkinson »,

commentent les chercheurs Etienne Hirsch et Stéphane Hunot de l’université Pierre et Marie Curie (Paris).
La maladie de Parkinson est-elle due à un trouble immunitaire
Les chercheurs montrent que ces cellules immunitaires (des « lymphocytes T auxiliaires » ou « CD4+ »), normalement chargées de lutter contre les microbes, pénètrent dans le cerveau des malades et y tuent des neurones.

Chez des souris atteintes de Parkinson, les chercheurs ont observé une « très nette amélioration de la maladie » chez les animaux dépourvus de ces cellules CD4+.

Une fois le rôle de ces cellules tueuses établi, les chercheurs ont voulu comprendre comment elles s’y prenaient pour tuer les cellules nerveuses.

Ils ont ainsi montré que les globules blancs infiltrés dans le cerveau utilisent une molécule, dénommée « FasL », pour aboutir au suicide de la cellule nerveuse. Leur intervention génère aussi des inflammations délétères au niveau des cellules de soutien et nourricières du système nerveux environnantes.

Empêcher ces cellules du système immunitaire de pénétrer dans le cerveau pourrait ralentir l’évolution de la maladie, suggèrent ces travaux.

La maladie de Parkinson, affection neurologique invalidante touchant 1% des personnes de plus de 65 ans, se manifeste par un tremblement au repos, une rigidité et une difficulté à déclencher des mouvements, symptômes dus à une mort lente et progressive de neurones producteurs d’un messager chimique, la dopamine.

Les personnes qui prennent des anti-inflammatoires quotidiennement ont un risque moindre de développer un Parkinson, selon plusieurs études.

C’est pourquoi, les chercheurs estiment que leurs résultats devraient permettre d’affiner le développement de médicaments anti-inflammatoires plus ciblés vers les cellules qui pénètrent dans le cerveau.

Source:
Article original sur le site du Journal of Clinical Investigation
Illustration: www.about-dementia.com

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).