odeurs

Le nez humain peut distinguer 1000 milliards de senteurs !

L’odorat humain serait beaucoup plus développé que ce que les scientifiques pesaient précédemment. Une nouvelle estimation de la résolution olfactive révèle en effet que les nez humain est capable de distinguer de l’ordre de 1000 milliards d’odeurs différentes. Une précédente estimation évoquait environ 10 000 odeurs distinguables.

Pour faire leur estimation, les chercheurs ont sélectionné 128 molécules odorantes qu’ils ont ensuite réparties dans des flacons à raison de 10, 20 ou 30 molécules en quantités égales (illustration ci-dessous). Les combinaisons sont très nombreuses ! 28 adultes recrutés pour l’occasion ont senti ces tubes deux par deux et les ont distingués.

Ils ont d’abord observé que la moitié des volontaires étaient capable capable de distinguer les odeurs quand le taux de recouvrement (entre les deux flacons) était inférieur à 75%. Ensuite, grâce à des analyses mathématiques, ils ont estimé que le nez humain était capable (en théorie) de distinguer 1000 milliards d’odeurs. Cependant, ce nombre varie grandement d’un individu à l’autre. L’étude est publiée dans la prestigieuse revue scientifique Science1

Comment sent-on les odeurs ?

L’intérieur du nez est tapissé d’une muqueuse olfactive sur laquelle arrivent des neurones olfactifs, tapissé de récepteurs, 350 types différents. Ces récepteurs captent les molécules odorantes et transmettent les signaux au bulbes olfactifs ainsi qu’à différentes régions cérébrales (cf schéma ci-dessous). A noter que Richard Axel et Linda B. Buck ont obtenu le Prix Nobel de médecine 2004 pour avoir découvert le système olfactif.

Le système olfactif. Source Nobelprize.org

Notes et références

  1. Humans Can Discriminate More than 1 Trillion Olfactory Stimuli.
    C. Bushdid, M. O. Magnasco, L. B. Vosshall, A. Keller
    Science. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).