Les bienfaits du cannabis pour le traitement de la douleur chronique

Une étude canadienne1 montre que le cannabis pourrait soulager les patients atteints de douleurs neuropathiques chroniques. Les résultats de cette étude novatrice sont publiés dans le dernier numéro du Canadian Medical Association Journal2.

L’utilisation du cannabis à des fins médicales suscite des débats enflammés dans de nombreux pays. Le cannabis thérapeutique est présenté par ses défenseurs comme une alternative aux traitements pharmaceutiques standards contre la douleur qui ne sont pas toujours efficaces et peuvent engendrer des effets secondaires indésirables.

« C’est la première étude qui permet aux patients de fumer du cannabis à domicile, tout en bénéficiant d’un suivi médical quotidien »,

affirme Dr Mark Ware, principal chercheur de l’étude, directeur de la recherche clinique au sein de l’unité de gestion de la douleur Alan Edwards du Centre Universitaire de Santé de McGill à Montréal3.

Cette étude prouve que de faibles doses (25 mg) de cannabis contenant près de 10 % de THC (composé actif du cannabis), fumées en une seule inhalation à l’aide d’une pipe, trois fois par jour sur une période de cinq jours, procurent rapidement une réduction modeste de la douleur aux patients qui souffrent de douleurs neuropathiques chroniques (douleurs associées aux lésions nerveuses). Les résultats permettent également de penser que le cannabis améliore l’humeur et favorise le sommeil des patients. Les effets ont été moins prononcés avec des doses de cannabis contenant moins de 10 % de THC.

« Les patients que nous avons suivis souffrent de douleurs liées à des lésions du système nerveux, d’ordre traumatique (p. ex., un accident de la route) ou chirurgical (p. ex., la section d’un nerf),

explique Dr Ware.

Ce type de douleur est beaucoup plus répandu qu’on ne le pense et il y a peu de traitements efficaces disponibles. Pour ces patients, le cannabis médical constitue souvent une solution de dernier recours. »

« Cette étude marque un pas en avant important, car elle démontre l’effet analgésique du cannabis, pris à faible dose et sur une courte période, chez les patients souffrant de douleurs neuropathiques chroniques »,

souligne t-il.

Le cannabis sous forme d’herbes utilisé pour cette étude provient de la société Prairie Plant Systems Inc. (à laquelle Santé Canada a confié le mandat de produire du cannabis à des fins médicales et de recherche), et le cannabis « placebo » à 0 % de THC provient des États-Unis.

Des études menées sur de plus longues périodes auprès d’un important échantillonnage et utilisant des doses plus élevées de THC sont nécessaires pour déterminer l’innocuité du cannabis médical à long terme.

« Notre défi, en tant que chercheurs, est de continuer à mener des études cliniques rigoureuses sur l’usage médical du cannabis, en tenant compte de paramètres stricts comme l’origine et le dosage,

conclut Dr Ware.

Nous pourrons ainsi faire avancer le débat en fournissant des résultats scientifiques sérieux. »

Source : Salle de presse CUSM

Notes et références

  1. Du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et de l’Université McGill (Montréal). []
  2. Smoked cannabis for chronic neuropathic pain: a randomized controlled trial. Mark A. Ware, Tongtong Wang, Stan Shapiro, Ann Robinson, Thierry Ducruet, Thao Huynh, Ann Gamsa, Gary J. Bennett, Jean-Paul Collet. Canadian Medical Association Journal. Article au format PDF []
  3. Mark Ware est également professeur adjoint d’anesthésie à la faculté de médecine de l’Université McGill et chercheur en neuroscience à l’Institut de recherche du Centre Universitaire de Santé de McGill. []

4 Commentaires

  1. Encore une étude qui va dans le sens des bienfaits du cannabis sur la maladie. Tant mieux si ce dernier permet un soulagement des malades souffrant de maux neuropathiques. Attention, en revanche à bien rester sous contrôle médical…A bon fumeur, salut ! 🙂
    Petit récap sur les vertus insoupçonnées du cannabis :
    http://knowtex.com/3988

  2. je désespère : avec le froid, les douleurs neurologique sont encore plus terribles. Je hais ses douleurs quotidiennes dûs au nerf sciatique abîmé par une hernie décelée trop tard. Cela fera 6 ans le 20 février 2011. Oui, il y a les bienfaits du cannabis, qui aide à passer des caps mais ce n’est pas remboursé, alors c’est un coût énorme pour mon petit budget. Je cherche désespérément la personne qui de sa baguette magique pourrait me sortir de ce labyrinthe de la douleur. Appel au secours. Joëlle.

  3. Je compatise avec Joelle,
    j’ai eu un grave accident de travail 2 ans passées et je souffre de douleurs multiples;neurologiques, musculaires, aux os ainsi que plusieurs spasmes musculaires et neurologiques assez intenses, je suis médiqué perOs et par transdermales, j’aimerais bien faire partis du programme de médication par cannabis sous surveillances médicales mais, je n’ose pas encore le demander, je fume du cannabis à l’occasion un ami m’en a parler pour la douleur et je dois dire que ça fonctionne, mais j’aimerais bien voir si ça va fonctionner à l’approche de l’hiver..!
    Truc contre la douleurs, ne pas penser à la douleur quand elle survient, ne plus y penser lorsqu’elle part et sourire en prenant la vie positivement!

  4. Depuis longtemps les vertus thérapeutiques du cannabis sont connues de l’homme.
    Le problème de notre société est d’oublier les connaissances ancestrales et le savoir transmis oralement.
    Heureusement qu’on est pas obligé d’attendre la légalisation de certaine médecine pour ce soulager, moi je cultive du cannabis depuis des années pour soulager mes insomnies et j’achète mes graines sur ce site http://www.kannamania.com.
    Quand je vois les effets secondaires des somnifères je suis content de braver la loi et de me soigner avec des produits plus naturelles aux conséquences moins désastreuses.
    La légalisation du cannabis arrivera avec les médicaments à base de cannabis, preuve que l’argent et les lobings dirigent le monde …..

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).