Les jeux vidéo préparent le cerveau pour des tâches plus complexes

Votre enfant passe des heures entières à jouer aux jeux vidéos ? Cela pourrait le préparer à devenir chirurgien en laparoscopie. Une nouvelle étude montre en effet que la réorganisation du réseau cortical du cerveau chez les jeunes adultes leur donne un avantage pour accomplir avec succès des tâches faisant appel à des aptitudes visuo-motrices.

Les résultats de l’étude sont publiés dans la revue scientifique spécialisée Cortex1.

Les chercheurs du Centre for Vision Research de l’Université de York au Canada ont comparé un groupe de 13 jeunes hommes âgés d’une vingtaine d’années, qui avaient l’habitude de jouer au moins 4 heures par semaine les trois années précédentes, à un groupe de 13 personnes du même âge mais n’ayant pas une telle expérience des jeux vidéo. Les volontaires furent placées dans un appareil d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et on leur demanda d’accomplir une série de tâches visuo-motrices de plus en plus complexe.

L’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle a permis aux chercheurs de mesurer avec une grande précision les régions actives du cerveau à tout moment durant l’expérience. Plutôt que de voir quelle régions du cerveau étaient actives quand les sujets jouaient, les chercheurs ont testé comment les aptitudes développées en jouant aux jeux vidéo pouvaient être transférées vers de nouvelles tâches.

Les résultats ont montré que les joueurs qui avaient très peu d’expérience faisaient appel au cortex pariétal (la région du cerveau impliqué dans la coordination oeil-main), alors que les joueurs expérimentés ont montré une activité plus intense au niveau du cortex préfrontal situé à l’avant du cerveau.

Cette découverte, qui montre que la pratique de tâches visuo-motrices peut réorganiser la façon dont le cervea fonctionne, offre de nouvelles perspectives de recherche concernant les problèmes rencontrés par les malades souffrants de la maladie d’Alzheimer qui n’arrivent plus à accomplir des tâches visuo-motrices très simples.

Joshua Granek qui est l’auteur principal de cette étude ajoute qu’il serait intéressant de voir si les changements opérés dans le cerveau varient en fonction des jeux joués et du nombre d’heures passés à jouer. Il ajoute qu’il serait intéressant d’étudier les joueuses car les études antérieures ont montré que le mode de fonctionnement du cerveau des filles était différent de ce des joueurs.

Notes et références

  1. Extensive video-game experience alters cortical networks for complex visuomotor transformations. Joshua A. Granek, Diana J. Gorbet, Lauren E. Sergio. Cortex. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).