cerveau

Un traitement bloque la progression de la sclérose en plaques

Des chercheurs ont découvert une molécule essentielle dans la progression de la sclérose en plaques. Les études pourraient aboutir au développement d’un médicament capable de retarder le début de la maladie et freiner significativement sa progression.

cerveauLes résultats encourageants obtenus chez l’animal et in vitro chez l’homme ont été publiés dans la revue médicale Annals of Neurology1.

« Nous pensons avoir identifié une première thérapie qui aura un impact sur la qualité de vie des personnes atteintes par la sclérose en plaques en diminuant significativement le handicap et la progression de la maladie »,

affirme le Dr Alexandre Prat, auteur principal de l’étude, chercheur au Centre hospitalier de l’Université de Montréal et professeur au Département de neurosciences de l’Université de Montréal.

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique du jeune adulte qui représente la première cause de handicap sévère non traumatique chez les trentenaires. La maladie touche davantage de femmes, avec un sex-ratio de 1 homme pour 3 femmes environ. Elle touche environ 1 personne sur 10002.

Le cerveau est normalement protégé des agressions par la barrière hémato-encéphalique. Cette barrière sang-cerveau empêche les cellules du système immunitaire – les lymphocytes – de pénétrer dans le système nerveux central. Chez les personnes atteintes par la sclérose en plaques, il y a des fuites. Deux types de lymphocytes, CD4 et CD8, trouvent le moyen de franchir cette barrière protectrice. Ils attaquent le cerveau en détruisant la gaine de myéline qui protège les neurones, ce qui entraîne une diminue la transmission de l’influx nerveux et la formation de plaques.

En 2008, l’équipe du Dr Prat a identifié une molécule d’adhésion cellulaire, appelée MCAM (Melanoma Cell Adhesion Molecule), qui joue un rôle crucial dans le dérèglement du système immunitaire observé dans la sclérose en plaques.

« Nos études ont montré que la molécule MCAM est nécessaire pour la migration des lymphocytes CD4 et CD8 à travers la barrière hémato-encéphalique. Si on bloque l’interaction de MCAM avec la protéine à laquelle elle se lie normalement, on diminue l’activité de la maladie »,

dit-il.

Les résultats sont très positifs.

« Nous avons observé une diminution d’environ 50% de la maladie sur les souris atteintes d’une forme de sclérose en plaques appelée encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE). Ce qui est particulièrement intéressant, c’est qu’on peut freiner la maladie dès les premiers symptômes en plus d’avoir un impact sur sa progression, ce qui est une première »,

fait valoir le Dr Prat.

La sclérose en plaques se développe chez la plupart des patients en deux phases. Pendant 10 à 15 ans, il y a des poussées de symptômes entrecoupées de rémissions. Par la suite, la maladie progresse et le handicap s’aggrave, menant à l’utilisation de la canne ou de la chaise roulante. Actuellement, aucun des médicaments disponibles sur le marché n’affecte la progression de la maladie.

De son côté, la société Prothena qui collabore avec les chercheurs a développé un anticorps monoclonal qui a le potentiel de freiner la progression de la maladie. Cet anticorps appelé PRX003 bloque la molécule MCAM et empêche ainsi les lymphocytes destructeurs de migrer vers le cerveau. Prothena a l’intention d’entamer les essais cliniques de cet anticorps PRX003 chez des volontaires sains d’ici la fin juin, avant de poursuivre avec une étude chez des personnes atteintes de psoriasis en 2016. Au-delà du psoriasis, les anticorps destinés à bloquer MCAM pourraient être utilisés pour traiter plusieurs maladies, dont les formes progressives de la sclérose en plaques.

Notes et références

  1. Larochelle, C., Lécuyer, M.-A., Alvarez, J. I., Charabati, M., Saint-Laurent, O., Ghannam, S., Kebir, H., Flanagan, K., Yednock, T., Duquette, P., Arbour, N. and Prat, A. (2015), Melanoma cell adhesion molecule–positive CD8 T lymphocytes mediate central nervous system inflammation. Ann Neurol. []
  2. → Pour plus d’infos sur la sclérose en plaques > >. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).