Une autre pièce du puzzle de la maladie de Parkinson

Une autre pièce du puzzle de la maladie de Parkinson Des chercheurs de la Johns Hopkins University School of Medicine (Baltimore, Etats-Unis) rapportent qu’un processus impliqué dans le recyclage des constituants cellulaires joue un rôle direct dans la santé et la survie de neurones importants. Cette découverte pourrait aider à mieux comprendre la maladie de Parkinson ainsi que d’autres maladies neurodégénératives, et peut-être à en améliorer le traitement. Dans un processus appelé autophagie via les chaperones ou « CMA », un guide amène une protéine donnée aux lysosomes qui la dégradent et recyclent ses constituants dans la cellule. Qian Yang et ses collègues ont utilisé des souris transgéniques et knock-out, ainsi que des tissus de cerveau humain, pour observer que le CMA se chargeait de la dégradation d’un facteur de transcription, le MEF2D. Ce facteur de transcription ayant déjà été associé à la survie de plusieurs types de neurones, les chercheurs ont suggéré que le CMA est directement en rapport avec la machinerie cellulaire de survie dans le noyau de ces neurones. Ils ont aussi observé que la synucléine alpha, une protéine impliquée dans le début de la maladie de Parkinson, facilite l’action du CMA sur le MEF2D, ce qui indique que cette voie pourrait être ciblée pour traiter la maladie de Parkinson et d’autres maladies neurodégénératives.

L’article « Regulation of Neuronal Survival Factor MEF2D by Chaperone-Mediated Autophagy » est publié dans la revue Science du 2 janvier 2009.

Source: EurekAlert

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).