Une grasse matinée ne rattrape pas un gros déficit de sommeil

Une grasse matinée le week-end ne suffit pas à rattraper le déficit de sommeil accumulé la semaine selon une étude américaine publiée dans la revue Sleep1.

Les chercheurs ont observé sur des volontaires privés de sommeil qu’une nuit de récupération de 10 heures était insuffisante pour rattraper plusieurs nuits de quatre heures de sommeil suggérant que plusieurs nuits complètes sont nécessaires pour combler le déficit accumulé durant plusieurs nuits.

Pour les besoins de cette étude, 159 adultes ont été recrutés. Ces volontaires avaient le droit à deux nuits de 10 heures suivies de 5 nuits de 4 heures suivies enfin d’une nuit dite de récupération d’une durée variable. En parallèle, ils devaient accomplir tous les matins des tests afin que les chercheurs puissent évaluer leur capacité de concentration et de réaction. Un groupe témoin de 17 individus dormait 10 heures par nuit et servait de référence pour les tests.

Les chercheurs rapportent que la nuit de récupération était bénéfique, par ailleurs plus la durée de sommeil était longue et meilleurs étaient les résultats aux tests. Les chercheurs notent néanmoins que même une nuit de récupération de 10 heures ne suffisaient pas pour réussir les tests aussi bien que les personnes qui dormaient normalement.

Cette étude montre donc que contrairement à une idée reçue, une seule nuit de récupération n’est pas suffisante et que le déficit en sommeil s’accumule.

Notes et références

  1. Neurobehavioral Dynamics Following Chronic Sleep Restriction: Dose-Response Effects of One Night for Recovery. Siobhan Banks, Hans P. A. Van Dongen, Greg Maislin, David F. Dinges. Sleep []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).