Le laboratoire australien, l'un des meilleurs au monde dans le domaine, a utilisé un simulateur de conduite portable fabriqué par Eca-Faros, une PME française basée à Lannion, leader mondial dans le secteur ainsi que dans les simulateurs de vol.

Chanter ou conduire, il faut choisir !

L’alcool, la fatigue ou téléphoner au volant augmentent les risques d’accident de la circulation. Pousser la chansonnette ou même le simple fait d’écouter de la musique en conduisant perturbe aussi le comportement des automobilistes, selon une étude australienne.

Le laboratoire australien, l'un des meilleurs au monde dans le domaine, a utilisé un simulateur de conduite portable fabriqué par Eca-Faros, une PME française basée à Lannion, leader mondial dans le secteur ainsi que dans les simulateurs de vol.

Grâce à une série de tests effectués sur des simulateurs de conduite, les chercheurs de l’université Monash (Australie) ont découvert que le fait de chanter au volant modifie aussi les habitudes de conduite. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue Accident Analysis and Prevention1.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’impact de la musique sur la conduite n’est pas principalement lié aux décibels susceptibles de masquer les bruits extérieurs. Les chercheurs précisent que le fait d’écouter de la musique ou de chanter accapare une partie de l’attention du conducteur. Au lieu de se focaliser sur la tâche principale, le cerveau est mobilisé et distrait par une tâche jugée secondaire mais nécessitant néanmoins un effort supplémentaire non négligeable.

21 conducteurs expérimentés se sont livrés à plusieurs tests sur un simulateur de conduite. Ils ont « roulé » sur autoroute et en milieu urbain. Les analyses ont montré qu’en écoutant de la musique ou en chantant (on leur a demandé pour la circonstance d’apprendre les paroles d’une chanson), la con­duite se détériore par rapport à une conduite sans musique.

Par ailleurs, les chercheurs précisent que les participants avaient tendance à rouler moins vite que la vitesse autorisée ou à avoir une vitesse très irrégulière (accélérations, ralentissements). Or ce type de conduite est dangereux, en particulier sur autoroute, car il ne permet pas de respecter les distances de sécurité entre les véhicules, précise Christelle Pêcher, chercheuse à l’univer­sité de Toulouse II-Le Mirail, qui n’a pas participé à cette étude mais qui a mené des recherches similaires. Les chercheurs ont également noté que la trajectoire de route devenait erratique durant l’écoute ou le chant, les conducteurs naviguant à l’intérieur de leur voie ou en sortant même. Enfin, leur temps de réaction face à un obstacle inattendu &tait également diminué.

Les chercheurs australiens précisent que ce sont des études préliminaires et que les conclusions ne s’appliquent qu’à un groupe bien défini de conducteurs. Ils appellent les conducteurs à plus d’attention quand ils chantent ou écoutent de la musique. Les chercheurs souhaitent à présent étudier si les perturbations sont identiques selon les types de musique ou de chanson2.

Notes et références

  1. A simulator study of the effects of singing on driving performance. Genevieve M. Hughesa, Christina M. Rudin-Brown, Kristie L. Young.Accident Analysis and Prevention. []
  2. Source : Lefigaro Santé []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).