Identité virtuelle et réelle : quelle image projetez vous avec votre avatar ?

Apparence jeune ou vieille, attrayante ou menaçante : tout est possible lorsqu’on crée un « avatar », c’est-à-dire un alter ego virtuel. Avec autant de choix, les utilisateurs sont-ils portés à choisir un modèle qui leur ressemble? Selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université Concordia au Canada, la réponse est généralement « non », l’apparence choisie reflétant la personnalité du créateur. Publiée dans la revue Psychology and Marketing1, cette étude intéressera les entreprises du monde réel souhaitant atteindre les marchés virtuels et réels.

identite-reelle-virtuelleSelon le professeur H. Onur Bodur de l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia :

« 80 % des internautes et des entreprises du classement Fortune 5002 seront présents dans le monde virtuel d’ici 2011. Cependant, très peu de chercheurs se sont intéressés à ces environnements virtuels, et c’est pourquoi nous avons décidé d’étudier le comportement des consommateurs qui possèdent un avatar. »

Second Life : un monde virtuel en plein essor

Le professeur Bodur et Jean-François Belisle ont choisi la communauté virtuelle Second Life comme terrain d’étude pour leur enquête sur le comportement des créateurs d’avatars.

« Ce monde virtuel se distingue des autres, car il possède sa propre économie qui incorpore des transactions en monnaie réelle,

a expliqué M. Delisle.

En 2009, la population des mondes virtuels atteignait près de 15 millions d’avatars, soit 20 fois plus qu’en 2006. »

identite-reelle-avatarUn questionnaire rempli par les créateurs d’avatars a permis d’établir leur personnalité, puis, les chercheurs ont comparé le profil ainsi créé à la perception que les autres citoyens virtuels avaient de l’avatar. Cette comparaison tenait compte de plusieurs éléments visuels : teinte et longueur de la coiffure, morphologie corporelle, tenue et style vestimentaires, etc.

« En général, l’apparence physique d’un avatar incarnait la véritable personnalité de l’individu qui l’avait créé,

a déclaré le professeur Bodur.

Par exemple, un avatar séduisant, coiffé et vêtu avec style, donnait l’impression d’une personnalité extravertie, ce qui correspondait au profil établi par notre questionnaire. »

« Ce lien entre avatar et créateur nous permet de mieux comprendre les consommateurs qui se cachent derrière un personnage virtuel et favorise l’émergence de stratégies de commercialisation virtuelle plus ciblées. Les entreprises pourront également se servir de notre étude comme guide lors de la conception de porte-paroles virtuels. »

Sources3

Notes et références

  1. Avatars as information: Perception of consumers based on their avatars in virtual worlds. Jean-François Bélisle, H. Onur Bodur. Psychology and Marketing. []
  2. Fortune 500 est le classement des 500 premières entreprises americaines (USA), classées selon l’importance de leur chiffre d’affaires. Il est publié chaque année par le magazine Fortune. []
  3. Article : EurekAlert
    Photos : une compilation de la BBC sur ce sujet. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).