Les effets de Google sur la mémoire

L’arrivée d’internet et des moteurs de recherche de type Google a changé la façon dont notre cerveau traite l’information. Nous aurions tendance à moins bien retenir une information que l’on pourra par la suite retrouver plus facilement sur notre ordinateur, selon une étude de psychologues américains parue dans la revue Science1.

Les chercheurs ont effectué une série d’expériences sur des volontaires pour étudier la relation entre mémoire, stockage de souvenirs et internet. Ils ont trouvé que lorsque les participants ne connaissaient pas les réponses aux questions ils pensaient automatiquement à leur ordinateur pour trouver l’information manquante.

De plus, quand les participants pensaient que l’information restait accessible par la suite, avec par exemple la possibilité de la vérifier ultérieurement, ils ne s’en souvenaient pas aussi bien que si cette information était jugée impossible à retrouver plus tard.

Les auteurs de l’étude avancent que les gens ne se rappellent pas forcément comment ils ont trouvé une information pour autant qu’ils peuvent se souvenir précisément de celle-ci. Ils ont tendance, au contraire, à se rappeler où ils ont trouvé l’information lorsqu’ils ne sont pas capables de s’en souvenir exactement.

« Depuis l’arrivée des moteurs de recherche, nous réorganisons notre façon de se souvenir des choses. Nous nous souvenons moins en fonction du savoir lui-même que d’où nous pouvons le trouver, »

explique en effet la psychologue Betsy Sparrow qui a mené cette étude.

Ces résultats impliquent que les ordinateurs et les moteurs de recherche en ligne sont devenus une sorte de système de mémoire externe accessible à volonté, et auquel la mémoire humaine est en train de s’adapter2.

Notes et références

  1. Betsy Sparrow, Jenny Liu, Daniel M. Wegner. Google Effects on Memory: Cognitive Consequences of Having Information at Our Fingertips. Science. []
  2. Source : EurekAlert []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).