S’imaginer manger du chocolat fait qu’on en consomme moins

Une bonne nouvelle pour toutes les personnes au régime, selon une étude américaine parue dans la revue Science1, le fait de penser déguster un chocolat permettrait d’en manger moins quand l’opportunité se présente. Il faudrait pour cela s’imaginer dévorer des chocolats étape par étape, avec à chaque fois le fait de croquer, mastiquer et avaler.

Cette découverte met à mal une vieille idée reçue selon laquelle lorsqu’on pense fort à un aliment, on finit par en consommer. Le phénomène est pourtant connu en psychologie, ce type de réponse atténuée à un stimulus répété est en effet connu sous le terme d’habituation.

Dans la présente étude, les chercheurs ont utilisé des chocolats et du fromage pour montrer que le simple fait d’imaginer leur consommation suffit à provoquer une habituation à ces aliments. Ils ont procédé à une série d’expériences dans lesquelles les participants devaient se représenter en train de manger de grandes quantités de nourriture telle que du chocolat, des sucreries ou du fromage. D’autres devaient s’imaginer en train de prendre moins de cette nourriture, plus d’une autre ou de faire tout à fait autre chose. Après que chaque participant avait visualisé mentalement leur tâche, les chercheurs lui présentaient un saladier rempli de sucreries ou de fromage à consommer sans restriction.

Les chercheurs ont observé que les participants qui avaient imaginé manger de grandes quantités de sucreries ou de fromage en avaient consommé en quantité moindre par la suite. Une telle imagerie mentale répétée a des effets très différents de la simple représentation d’une image mentale connue pour stimuler l’appétit, selon les chercheurs. Cette découverte pourrait avoir de nombreuses applications, allant de la réduction de la consommation d’aliments mauvais pour la santé à la recherche sur les substances addictives.

Les chercheurs ont d’ailleurs entrepris de nouvelles recherches pour comprendre comment cette forme d’imagerie mentale pourrait servir à contrôler certains comportements lors de régimes ou en cas d’addiction au tabac.

Notes et références

  1. Carey K. Morewedge, Young Eun Huh and Joachim Vosgerau. Thought for Food: Imagined Consumption Reduces Actual Consumption. Science. Article en PDF. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).