Des traces d’uranium sur la Lune

Les instruments ultramodernes du satellite d’observation lunaire japonais SELENE, surnommé Kaguya, opéré tant par la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) que par les américains du Planetary Science Institute de Tucson, Arizona, ont révélé la présence de ressources sur la Lune passées jusqu’alors inaperçues. Ainsi, le spectromètre à rayons gammas de l’engin spatial a décelé les signatures de nombreux éléments chimiques, parmi lesquels du thorium, du potassium, de l’oxygène, du magnésium, du silicium, du calcium, du titane et du fer, mais aussi et surtout de l’uranium, soit un bilan bien plus complet que ce qu’avaient permis de découvrir les premières études menées par Apollo dans les années 60 et 70 et Lunar Prospector en 1998.

Une future source d’énergie nucléaire pour une base permanente sur la Lune

Des trouvailles particulièrement intéressantes à l’heure où la NASA envisage d’établir une base permanente sur la Lune (qui pourrait ainsi éventuellement être alimentée par une source d’énergie nucléaire), et qui donneront peut être leur résonance particulière aux dispositions des Nations-Unies concernant le statut et l’utilisation des corps célestes et de leurs ressources.

kaguya-selene-by-hdtv

kaguya-selene-by-hdtv-june

Source : BE Etats-Unis numéro 172
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/59807.htm
Crédit Photo JAXA

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).