Précautions à prendre quand il fait froid

Précautions à prendre quand il fait froid Avec la vague de froid qui s’installe en Europe, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) rappelle les précautions à prendre telles que limiter les efforts physiques, éviter l’alcool qui ne réchauffe pas et si l’on sort se couvrir le nez « pour respirer moins d’air froid ».

    Les risques, explique l’Inpes, sont:

  • l’hypothermie du corps
  • les gelures
  • les aggravations de problèmes cardio-vasculaires
  • les intoxications par monoxyde de carbone dus aux appareils de chauffage défectueux.

Il y a hypothermie quand la température du corps descend en dessous de 35 degrés. Cela se traduit par des frissons et grelottements, de la somnolence et de la fatigue, des pertes d’équilibre, des difficultés à manipuler les objets ou à parler.

Pour les gelures, ça commence par des rougeurs et des sensations de douleurs, avant d’entraîner une décoloration de la peau, une sensation d’engourdissement et l’apparition de taches blanchâtres.

Ne pas boire pour se réchauffer : l’alcool se borne à « faire disparaître les signaux d’alerte du froid » et incite à ne pas se protéger.

L’Institut note encore que « le froid demande des efforts supplémentaires à notre corps, et notamment à notre coeur qui bat plus vite pour lutter contre le refroidissement ». Il faut donc réduire les efforts physiques, qui pourraient « aggraver d’éventuels problèmes cardio-vasculaires ».

Attention aussi au monoxyde de carbone (résultat d’une mauvaise combustion) dont sont victimes chaque année en France près de 5.000 personnes, dont 90 en meurent. « Inodore, incolore, indétectable par l’homme, le monoxyde de carbone est la première cause de mortalité par toxique en France », rappelle l’Inpes.

Toujours selon l’Inpes, dans le cas de vagues de « très grand froid », avec des températures pouvant descendre vers moins 25 degrés, « mieux vaut rester chez vous ».

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).