Diminuer la consommation de sel ferait baisser le nombre de crises cardiaques

sel-alimentaireUne étude américaine montre que réduire légèrement sa consommation de sel (d’environ 3 grammes par jour) pourrait prévenir la survenue de 100 000 crises cardiaques et 92 000 morts. Les bénéfices d’une réduction de la consommation de sel seraient équivalents aux bénéfices d’une réduction de la consommation de tabac.

Une économie de 24 milliards

La surconsommation de sel est un problème qui touche tous les pays occidentaux principalement à cause du sel systématiquement ajouté dans les aliments conditionnés industriellement. Selon l’OMS, la consommation journalière ne devrait pas dépasser 5 grammes mais la consommation en France (et dans de nombreux pays développés) est autour de 10 grammes par jour.

Selon l’étude publiée dans la revue New England Journal of Medicine1, une modeste baisse de la consommation de sel de 3 grammes par jour (presque imperceptible au gout) pourrait réduire les dépenses de santé de 24 milliards de dollars pour les Etats-Unis.

Les chercheurs se sont servis d’un modèle mathématique qui permet d’évaluer l’impact sur la population des décisions de santé publique.

« Une baisse très modeste de la consommation de sel, à peine détectable au gout, peut avoir des bénéfices très importants sur la santé »,

déclare Kirsten Bibbins-Domingo qui a dirigé l’étude.

« Nous avons été surpris de l’amplitude de l’impact sur la population, étant donné les réductions minimes que nous incorporions dans nos modèles »,

continue-t-elle.

Le modèle a permis d’établir qu’une baisse de 3 grammes par jour (1,2 grammes de sodium) résulterait en une baisse du nombre de maladies cardiaques de 11%, du nombre de crises cardiaques de 13%, d’attaques cérébrales de 8%, du nombre de décès de 4%. Les effets pourraient être plus importants encore pour la population noire américaine qui est plus touchée par l’hypertension artérielle et pourrait être plus sensibles au sel.

« Réduire la consommation de sel alimentaire est une de ces rares interventions qui ont des bénéfices immenses sur la santé et qui permet en outre d’économiser de l’argent. A l’heure ou le débat se focalise sur les dépenses de santé, voila un moyen simple de faire des économies qui a déjà fait ses preuves dans d’autres pays, »

explique Lee Goldman, de l’université de Columbia, New York, également auteur de l’étude.

Consommation de sel en hausse de 50%

La consommation de sel a connu une hausse dramatique ces dernières années principalement à cause du sel ajouté dans les aliments manufacturés de façon industrielle. Aux Etats-Unis, la consommation de sel a augmenté de 50% depuis les années 70 et la pression artérielle a augmenté de la même façon sur cette même période. Les américains consommeraient en moyenne plus de 10 grammes par jour alors que les organismes américains de santé publiques recommandent une consommation journalière de 5,8 grammes par jour (2,3 grammes de sodium) et moins de 3,8 grammes par jour pour les personnes de plus de 40 ans. Un gramme de sel contient 0,4 gramme de sodium.

Notes et références

  1. Projected Effect of Dietary Salt Reductions on Future Cardiovascular Disease. Kirsten Bibbins-Domingo, Glenn M. Chertow, Pamela G. Coxson, Andrew Moran, James M. Lightwood, Mark J. Pletcher & Lee Goldman. New England Journal of Medicine. DOI : 10.1056/NEJMoa0907355 []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).