L’alcool est plus dangereux que le crack ou l’héroïne

L’alcool est une drogue bien plus nocive que certaines drogues illégales comme l’héroïne ou le crack si on prend en considération les dangers sur les individus et sur l’ensemble de la société, selon une étude britannique publiée dans la revue médicale The Lancet1.

L’étude émane de la « Commission scientifique indépendante sur les drogues » 2, un groupe d’étude britannique indépendant qui s’est donné pour mission d’étudier les « problèmes liés aux drogues » sans interférences politiques. Le professeur David Nutt, qui dirige ce groupe d’étude est en effet l’ancien conseiller scientifique en chef en matière de drogues du gouvernement britannique, avait été démis de ses fonctions en 2009 pour son désaccord avec la politique menée par les gouvernement en regard à ces questions. Cette étude explique que « les systèmes de classification actuels des drogues n’ont que peu de relation avec leur réelle nocivité ».

Les auteurs écrivent que leurs conclusions, en accord avec les conclusions d’études précédentes, montrent que les dégâts causés par l’alcool doivent être cibler de façon agressive. Une stratégie valide et nécessaire en matière de santé publique, précisent-ils encore. Des conclusions qui vont à l’encontre de la politique pratiquée par le Royaume Uni.

Les experts de cette commission ont élaboré leur propre système pour évaluer la nocivité d’une liste de 20 drogues. Elles ont été classées selon 16 « risques » tels que les risques pour la santé (mental et physique), social (criminalité, désordre familial…) ou encore économiques (coût de leur usage, coût pour le système de santé ou le système carcéral…).

L’héroïne, le crack (dérivé de la cocaïne) et la méthamphétamine sont les drogues les plus dangereuses, mais si l’on tient compte des effets pour la société, l’alcool est le plus dangereux, suivi de l’héroïne et du crack.

Dans le nouveau système d’évaluation des drogues (ci dessous) proposé par les auteurs, sur une échelle de 0 à 100, l’alcool est évalué à 72, l’héroïne à 55 et le crack à 54.

Systéme d'évaluation de la nocivité des drogues proposés par la Commission scientifique indépendante sur les drogues. Légende : le violet représente le danger pour l'entourage, le beige représente les dangers pour l'utilisateur.

A noter que cette étude cible principalement le Royaume Uni et remet en question la politique en matière de drogues dans ce pays, celles-ci différent nettement d’un pays à l’autre. Les conclusions de ce rapport restent néanmoins intéressantes surtout à une époque ou une pratique comme le « binge drinking » (boire de grandes quantités d’alcool en peu de temps) est de plus en plus répandue et ce à travers toute l’Europe.

Notes et références

  1. Drug harms in the UK: a multicriteria decision analysis. David J Nutt, Leslie A King, Lawrence D Phillips. The Lancet. []
  2. ISCD : Independent Scientific Committee on Drugs. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).