Les ados français fument moins de tabac mais consomment plus de cocaïne

L’Institut de Veille Sanitaire a rendu public une étude menée entre 2000 et 2005 en France. L’étude conclue que la consommation de tabac a diminué chez les jeunes de 17 ans. En revanche la consommation d’autres drogues est en progression.

La bonne nouvelle du rapport est la nette baisse de la consommation de tabac chez le jeunes. En 2005, un jeune de 17 ans sur trois (33%) fumaient au moins une cigarette par jour. En 2000 ils étaient 41% à fumer une cigarette au moins une fois par jour. Une nette baisse, que l’on retrouve aussi chez les 18-25 ans, et qui n’a rien d’étonnant : depuis la fin des années 90, le tabagisme quotidien est en perte de vitesse dans la population française.

La consommation de cannabis a tendance à légèrement baisser depuis 2002. Ainsi, 10.8% des jeunes de 17 ans en fumaient régulièrement en 2005, contre 12.3% trois ans auparavant.
Même tendance à la baisse concernant la consommation d’alcool. Si les jeunes de 17 ans boivent moins, ce sont surtout leurs aînés de 18-25 ans qui ont moins de penchant pour l’alcool : en 2000, ils étaient 17.6% à en consommer régulièrement, et moins de 9% en 2005.

La consommation de cocaïne a été multiplié par trois

Les conclusions du rapport sur le penchant des jeunes pour les autres produits psychoactifs est un peu plus inquiétant. L’étude relève une nette augmentation pour les poppers, ces liquides dilatateurs de vaisseaux qui provoquent l’euphorie : en 2005, 5.5% des jeunes de 17 ans en avaient pris au moins une fois dans leur vie, contre 2% en 2000. Même tendance à la hausse pour les champignons hallucinogènes, l’ectasy, les amphétamines. Et aussi pour la cocaïne. En 2000, 0.9% des jeunes de 17 ans en avaient déjà consommé. Cinq ans plus tard, ils sont trois fois plus.

Source: Institut de veille sanitaire, France Info

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).