election-presidentielle-2012

Voteaupluriel.org : une expérience en ligne pour tester différents modes de scrutin

Internautes français (électeurs ou non) et francophones sont invités à participer à une expérience en ligne dédiée à l’élection présidentielle française 2012 afin de tester quatre modes différents de scrutins.

Le site dédié à l’expérience est ouvert jusqu’au 21 avril 2012 et les résultats de cette étude seront disponibles après la fin du processus électoral français officiel (deuxième tour le 6 mai 2012).

Dans tous les pays, les élections nationales sont un moment clef pour la démocratie. Mais tous les pays ne procèdent pas de la même manière. Ceci a-t-il une influence sur le candidat finalement élu ? Un système est-il meilleur qu’un autre ? Pour tenter de répondre à ces questions, des chercheurs français du CNRS1 et canadiens2 lancent cette expérience en ligne qui permettra de mieux évaluer l’impact de ces modes de scrutin sur le processus électoral.

Les modes de scrutin affectent la politique de plusieurs façons. Évidemment, ils affectent le choix du candidat finalement élu mais ils influencent aussi le nombre de candidats, le taux de participation, la formation du gouvernement et éventuellement le nombre de partis le constituant. La meilleure manière de comprendre l’impact du système électoral sur la vie politique est simplement de voir ce qui se passe dans des pays qui ont des modes de scrutin différents. Le site dédié à cette expérience contient justement des descriptions simples des systèmes électoraux de trois pays (France, Irlande et Mexique) dans lesquels le Président de la République est élu au suffrage universel, mais qui utilisent cependant trois modes de scrutin différents.

Au Mexique par exemple, chaque électeur vote pour un seul candidat, et le candidat qui obtient le plus de voix est élu même s’il obtient moins de 50 % des voix. En France, l’électeur vote aussi pour un seul candidat mais si aucun candidat n’obtient plus de 50 % des voix, un second tour est organisé entre les deux candidats qui ont obtenu le plus de voix. En Irlande, l’électeur classe les candidats et le comptage des voix est un système d’élimination successive des candidats et de transfert des votes d’un candidat éliminé vers un autre restant en course. L’expérience teste aussi le « vote par approbation » pratiqué par certaines associations mais qui n’est utilisé dans aucun pays : dans un vote par approbation, l’électeur indique pour chaque candidat s’il le soutient ou pas et le candidat soutenu par le plus grand nombre d’électeurs est élu.

Sur le site dédié à l’expérience, dans la rubrique « participez aux votes en ligne », l’internaute est invité à imaginer comment il voterait si le Président de la République française était élu suivant ces différentes techniques. La partie « pratique » du site permet de voter selon chacune de ces quatre règles. Pour ceux qui ne connaissent pas les différents candidats, des liens sont fournis renvoyant vers leurs sites officiels et vers les principaux moteurs de recherche d’actualités. La participation à cette étude est volontaire et les réponses des internautes sont anonymes.

je participe à l’expérience (anonyme et rapide)

Cette expérience fait suite à plusieurs études menées en France, en Allemagne, au Canada et au Bénin. Elle est menée dans un but d’information et de recherche scientifique pour comparer et mieux évaluer les différents modes de scrutin3.

L’équipe de chercheurs responsable de cette étude est constituée de Jean-François Laslier, Karine Van der Straeten et André Blais : http://voteaupluriel.org/l-equipe-de-recherche

Notes et références

  1. Jean-François Laslier est directeur de recherche CNRS au Pôle de Recherche en Economie et Gestion de l’Ecole polytechnique (PREG) (CNRS/Ecole Polytechnique). Karine Van der Straeten est chargée de recherche CNRS au Groupe de recherche en économie mathématique et quantitative (GREMAQ) (CNRS/Université Toulouse 1 Capitole/Inra/EHESS). []
  2. André Blais, professeur au département de science politique de l’Université de Montréal. []
  3. Source : CNRS []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).