Evolution : Les femmes deviennent de plus en plus belles

beaute-moderne-kate-beckinsaleUne étude finlandaise est arrivée à la conclusion que l’évolution fait que les femmes deviennent de plus en plus belles. Un phénomène qui se poursuivrait toujours.

Les chercheurs ont observé que les femmes dites belles avaient tendance à avoir plus d’enfants que les femmes moins belles et qu’une plus grande proportion de ces enfants étaient de sexe féminin. Ces filles une fois adulte, sont également belles et ont tendance à répéter ce schéma.

Le chercheur Markus Jokela de l’Université de Helsinki (Finlande) s’est basée sur des données recueillies aux Etats-Unis auprès de 1 244 femmes et 997 hommes sur plus de quarante ans. Plus de 50 ans après, une autre étude a consisté à demander à des volontaires de noter, à partir des photos de classes, la beauté des hommes et des femmes sur une échelle de 1 à 11. Les résultats ont montré que les femmes classées comme attirantes attirantes avaient en moyenne 16% d’enfant en plus que les femmes moins belles.

Quand aux hommes, les hommes les moins attirants avaient en moyenne 13% d’enfants en moins que les hommes plus attirants, mais l’auteur suggère que pour les hommes ce serait plus la conséquence social de la difficulté de trouver une femme que le résultat de l’évolution.

Pourquoi les femmes sont-elles alors de plus en plus belles ? Cela aurait quelque chose a voir avec le fait que l’attirance physique est plus importante pour les hommes que pour les femmes.

« La beauté féminine agit comme un signe de fécondité et donne des indications quand à la santé, »

explique Jokela

« Les hommes, lorsqu’ils choisissent une partenaire, sont plus intéressées par les caractères physiques chez la femme. »

Cette étude suggère également que les femmes les plus belles ont tendance à avoir plus d’enfants que leurs congénères moins gâtées par la nature et de même les hommes les plus attirants ont tendance à avoir plus de filles que de garçons. Ce cycle se répète ainsi dans le temps. Markus Jokela précise cependant que les effets sont très faibles et s’étendent sur plusieurs générations.

Evolution de la beauté

Source : Timesonline

Un Commentaire

  1. « Quant aux hommes, les moins attirants avaient en moyenne 13% d’enfants en moins que les plus attirants, mais l’auteur suggère que pour les hommes ce serait plus la conséquence social de la difficulté de trouver une femme que le résultat de l’évolution. » -> Pas faux sur la seconde partie, en effet, les hommes ont beaucoup plus de difficulté que les femmes à trouver le partenaire du sexe opposé, contrastant avec une inaccessibilité toujours plus rigide chez les femmes vis-à-vis des hommes. Mais contrairement au discours du politiquement correct, je pense que c’est l’une des preuves accréditant la thèse que la condition masculine est en plus mauvais état à notre époque qu’on ne pourrait le penser à priori.

    Autrement, le raisonnement me paraît fallacieux, car je pense justement que les femmes moins attirantes ont plus de facilité à trouver, quoi qu’il arrive, leurs partenaires masculins, car si celles-ci gardent leurs exigences vis-à-vis des hommes, ceux-ci restent nettement plus accessibles. Il faut souligner que le scénario dépeint dans les médias est généralement loin de la réalité et que les statistiques de l’enfantement ne constituent certainement pas une preuve suffisante pour déterminer la sociologie des relations amoureuses. Tout simplement car tous les couples ne vont pas jusque là (et cela se saurait, dans un contexte de précarité généralisée comme le nôtre…) et que l’on parle bien ici de séduction en rapport avec l’esthétique.

    En ce qui me concerne, certes c’est avant tout le visage qui va me séduire au premier abord, si la femme convoitée est sexy c’est un avantage évident, mais mon attirance ne s’arrête pas là. Elle doit avoir du charme, savoir discuter de tout, être indépendante et soignée.

    J’ajouterais qu’il faut cesser de laisser croire que la superficialité serait l’apanage des hommes, c’est un cliché à abattre en 2014 ! Au contraire, je pense même que les mentalités tendent désormais à être inversées. Je me suis rendu compte sur les sites de rencontres qu’un nombre non négligeable de femmes précisaient quel était leur phénotype masculin recherché. J’ai même eu affaire à des femmes qui refusaient de me connaître simplement en prétextant ne pas « aimer ma tête ». Vu toutes celles que j’ai déjà pu croiser jusqu’à maintenant, je pense qu’on est loin du « cas exceptionnel » qu’on pourrait me rétorquer en guise d’argument.

    Bref, tant qu’on n’aura pas franchi le pas qui consiste à lever le tabou et l’ignorance sur la condition masculine, on pourra toujours s’accommoder des clichés, les raisonnements resteront inaboutis et absurdes.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).