Accusations de fraude sur des membres du comité Nobel

Accusations de fraude sur le Nobel Le groupe pharmaceutique AstraZeneca est soupçonné d’avoir payé pour que l’Allemand Harald zur Hausen, qui a découvert le papillomavirus (agent causal du cancer du col de l’utérus), reçoive le prix Nobel de médecine 2008 (prix qui lui a été aux côtés des Français Luc Montagnier et Françoise Barré Sinoussi (découvreurs du virus du sida).

L’enquête préliminaire fut lancé par Niels Erik Schultz, un procureur suédois de la Swedish Corruption Authority, sur des soupçons de « corruption et de fraude » de la part de membres de plusieurs comités du prix Nobel. L’affaire, révélée par la radio publique suédoise Sveriges Radio, au début du mois, n’avait pas été reprise dans la presse internationale.

Les juges Christer van der Kwast et Niels Erik Schultz avaient d’ailleurs décidé de différer de plusieurs jours l’annonce de leur décision afin de ne pas gâcher la cérémonie de remise des prix qui s’est déroulée la semaine dernière à Stockholm. Les éléments à charge, pour indirects qu’ils soient, n’en écornent pas moins la réputation de la Fondation Nobel.

Premièrement, le Pr Bo Angelin, du Karolinska Institute, membre votant du comité du prix Nobel de médecine, siège parallèlement… au conseil d’administration d’AstraZeneca depuis le 25 juillet 2007 !

Selon le site Internet du magazine Scientific American, la firme anglo-suédoise lui a versé 30 000 dol­lars l’an dernier. Un conflit d’intérêt potentiel est donc à craindre, même si Michael Sohlman, directeur exécutif de la Fondation Nobel, a répété au Figaro « sa confiance à 100 % dans l’intégrité des délibérations du comité Nobel de médecine ».

Deuxièmement, AstraZeneca sponsorise également deux sociétés « filiales » de la Fondation Nobel (Nobel Media et Nobel Web) pour une somme estimée par Sveriges Radio à « plusieurs millions d’euros ». Cet argent doit servir à vulgariser les prix Nobel par des conférences, des documentaires et des contenus de sites Internet.

Là encore, Michael Sohlman écarte tout lien entre ces filiales et la Fondation Nobel et nie la possibilité d’une corruption active influant sur l’attribution du Nobel.

Il n’en demeure pas moins vrai qu’AstraZeneca, par l’intermédiaire de sa filiale Medimmune, perçoit des royalties des firmes Merck Sharp et Dome (pour le Gardasil) et GlaxoSmithkline (pour le Cervarix) qui fabriquent les deux vaccins contre le papillomavirus qui permet de prévenir le cancer du col. La firme avait donc tout à gagner à ce que le prix Nobel 2008 salue la découverte de cet agent infectieux.

Le juge Schultz a précisé jeudi à l’AFP qu’il « s’efforçait de déterminer si le laboratoire avait influencé d’une manière ou d’une autre le choix du lauréat du prix Nobel de médecine 2008 ».

Comme si cela ne suffisait pas, la radio suédoise a révélé, deux jours avant la cérémonie officielle de remise des prix Nobel 2008, que trois membres votants des comités Nobel avaient voyagé en Chine par deux fois, aux frais des autorités chinoises. Le but affiché de ces déplacements était d’expliquer aux Chinois comment obtenir un prix Nobel. Selon notre confrère de Sveriges Radio, Soren Granat, le premier voyage a eu lieu en mars 2006 et le second en janvier 2008. « Les participants étaient le Pr Bertil Fredholm, président du comité pour le Nobel de médecine, Börge Johansson du comité Nobel de physique et Sven Lidin, de la Royal Scientific Academy , et membre du comité Nobel de chimie. »

Le Pr Fredholm, interrogé par Le Figaro, s’est contenté de « saluer le fait que ces allégations non fondées fassent enfin l’objet d’une enquête officielle ».

Source: lefigaro.fr

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).