Le prix Nobel de Physique 2007 attribué au Français Albert Fert et l’Allemand Peter Grünberg

ipod_nanoLe prix Nobel de Physique 2007 a été attribué mardi au Français Albert Fert et à l’Allemand Peter Grünberg pour des travaux qui ont révolutionné les techniques permettant de lire les disques durs et radicalisé la miniaturisation des appareils électroniques.

« Le prix Nobel de Physique de cette année récompense la technologie utilisée pour lire l’information stockée sur des disques durs. C’est grâce à cette technologie qu’une miniaturisation radicale des disques durs a été possible ces dernières années »,

souligne l’Académie des sciences royales suédoises dans un communiqué.

Les deux chercheurs ont découvert en 1988, « indépendamment l’un de l’autre », l’effet physique dit de magnétorésistance géante ou GMR qui a été exploité « très tôt après la découverte » dans les têtes de lecture utilisées notamment dans les ordinateurs portables, poursuit l’Académie.

Le phénomène, considéré comme l’une des premières applications véritablement significatives de la nanotechnologie, a trouvé des applications directes dans l’électronique et ouvert la voie à la miniaturisation toujours plus poussée des appareils électroniques.

« Si vous pouvez écouter de la musique sur votre lecteur MP3, c’est un peu grâce à ce que j’ai fait »

Sur un disque dur, l’information est stockée magnétiquement (des secteurs aimantés dans différentes directions). Pour qu’un lecteur puisse la lire, elle doit être convertie en courant électrique.
La magnétorésistance géante permet de transformer « d’infimes variations magnétiques en des variations de résistance électrique, et par là-même en des variations dans le courant envoyé par la tête de lecture ».

Les travaux des deux lauréats ont permis l’élaboration de têtes de lecture magnétique très performantes, utilisées depuis 1997 dans tous les disques durs d’ordinateurs et multipliant par cent la capacité de stockage d’informations.

« Si vous pouvez écouter de la musique sur votre lecteur MP3, c’est un peu grâce à ce que j’ai fait »,

a résumé Albert Fert, 69 ans, à des adolescents lui demandant pourquoi autant de journalistes se pressaient autour de lui mardi sur un trottoir de Paris.

Les travaux des deux physiciens ont également ouvert un nouveau champ de recherche sur un nouveau type d’électronique, baptisée « spintronique ».

« C’est ce qui a rendu possible les iPods et tout ce qui requiert de grandes capacités de stockage, comme le site vidéo YouTube »,

explique Chris Marrows, physicien spécialisé dans la spintronique à l’université de Leeds.

Peter Grünberg, né en 1939 à Pilsen (l’actuelle Plzen tchèque) enseigne à l’institut de recherche sur les corps solides à Jülich, en Allemagne.

Né en 1938 à Carcassonne, docteur ès Sciences en 1970, Albert Fert est le dixième chercheur français récompensé par le Nobel de Physique.
Il enseigne à l’Université Paris-Sud à Orsay depuis 1976 et dirige depuis 1995 l’unité mixte de physique CNRS/Thales à Orsay, qui associe la recherche publique et l’entreprise privée.

Fert et Grünberg, qui avaient déjà reçu conjointement cette année le Japan Prize et le prix Wolf, succèdent aux Américains John Mather et George Smoot, couronnés en 2006.
Ils se partageront les dix millions de couronnes suédoises (1,54 million de dollars) liés à l’attribution du prix.

Mardi, l’institut Karolinska avait dévoilé le prix Nobel de Médecine 2007, qui est allé aux Américains Mario Capecchi et Oliver Smithies et au Britannique Martin Evans pour leurs recherches sur les cellules souches embryonnaires.
La saison des Nobel se poursuit mercredi avec l’attribution du prix pour la chimie. Suivront la littérature, jeudi, et la paix, vendredi.
Le Nobel d’Economie sera connu lundi.

Source : Reuters

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).