doxorubicine

Cancer : améliorer l’efficacité des anciennes chimiothérapies est encore possible

Les anthracyclines, médicaments de chimiothérapie les plus utilisés contre le cancer, agissent non seulement en détruisant les cellules tumorales mais aussi en stimulant de façon indirecte le système immunitaire des patients. Une équipe de l’Inserm vient de décrire un des mécanismes mis en jeu et propose de l’utiliser pour améliorer l’efficacité de ces traitements.

Améliorer l’efficacité de médicaments anti-cancéreux déjà anciens est encore possible ! Suite à la découverte d’un nouveau mécanisme d’action des anthracyclines, les molécules les plus utilisées en chimiothérapie, une équipe de l’Inserm1 propose de nouvelles pistes dans une étude publiée dans la revue Immunity2.

Les anthracyclines sont directement toxiques pour les cellules en division telles que les cellules cancéreuses. Mais il s’avère qu’elles déclenchent en outre une réaction immunitaire locale, permettant de stimuler les défenses immunitaires du patient. Au moins deux mécanismes expliquant ce phénomène ont déjà été décrits par cette même équipe, qui lève aujourd’hui le voile sur un troisième d’entre eux.

Les anthracyclines, piliers de la prise en charge

« La chimiothérapie reste le pilier de la prise en charge des cancers. L’arrivée de traitements ciblés concernant certains patients fait beaucoup parler, mais les molécules plus anciennes, comme les anthracyclines, sont et seront encore massivement utilisées. C’est pourquoi, depuis près de dix ans, nous essayons de décrypter les mécanismes d’action de ces médicaments »,

explique Laurence Zitvogel, co-auteur des travaux.

Et les chercheurs ont énormément progressé dans cette connaissance :

« nous avons montré que les cellules cancéreuses meurent de façon immunogène,

explique-t-elle.

Cela signifie qu’en se dégradant, elles émettent plusieurs signaux qui activent le système immunitaire local et le rendent plus efficace contre la tumeur ».

Les chercheurs ont par exemple décrit l’expression de calréticuline à la surface des cellules cancéreuses agressées, ou encore le relargage d’un facteur nommé HMGB1, des molécules qui permettent une meilleure reconnaissance des cellules tumorales par le système immunitaire.

Un troisième signal immunogène

Cette fois, les chercheurs montrent qu’en se dégradant, les cellules cancéreuses émettent un troisième signal qui permet de recruter les cellules dendritiques3 sur le site de la tumeur,

« les seules cellules du système immunitaires vraiment capables d’éduquer les lymphocytes T pour qu’ils luttent contre les cellules cancéreuses »,

clarifie la chercheuse.

« Ces dernières meurent sur un mode autophagique, c’est-à-dire qu’elles digèrent leurs propres compartiments cellulaires. Cela génère de l’énergie sous forme de molécules d’ATP qui sont libérées dans le milieu extracellulaire. Cet ATP mobilise au moins trois types de cellules qui murissent et se différencient en cellules dendritiques fonctionnelles »,

décrit-elle.

Deux pistes thérapeutiques

En empêchant la dégradation de cet ATP extracellulaire, les chercheurs sont parvenus à renforcer l’effet des anthracyclines contre au moins trois types de tumeurs chez la souris : des cancers du sein, du côlon et des sarcomes. La piste est si intéressante que deux anticorps dédiés à cet effet sont déjà à l’étude.

« Nous envisageons d’associer chimiothérapie et immunothérapie pour améliorer l’efficacité de ces médicaments,

explique Laurence Zitvogel.

Bloquer l’activité des enzymes de dégradation de l’ATP, ou injecter des cellules dendritiques directement au site tumoral chez des patients en déficit d’ATP, permettrait de renforcer la réponse immunitaire antitumorale »,

prévoit-elle4.

Notes et références

  1. Unité 848 Inserm/Université Paris Sud – Paris 11/Institut Gustave Roussy, « Apoptose, cancer et immunité », Villejuif. []
  2. Yuting Ma, Sandy Adjemian, Stephen R. Mattarollo, Takahiro Yamazaki, Laetitia Aymeric, Heng Yang, João Paulo Portela Catani, Dalil Hannani, Helene Duret, Kim Steegh, Isabelle Martins, Frederic Schlemmer, Mickaël Michaud, Oliver Kepp, Abdul Qader Sukkurwala, Laurie Menger, Erika Vacchelli, Nathalie Droin, Lorenzo Galluzzi, Roman Krzysiek, Siamon Gordon, Philip R. Taylor, Peter Van Endert, Eric Solary, Mark J. Smyth, Laurence Zitvogel, Guido Kroemer. Anticancer Chemotherapy-Induced Intratumoral Recruitment and Differentiation of Antigen-Presenting Cells. Immunity. []
  3. Les cellules dendritiques sont des cellules présentatrices d’antigènes dites « professionnelles ». Ce sont les
    seules qui soient capables de stimuler une réponse primaire des lymphocytes T, c’est-à-dire d’initier la
    réponse immune adaptative aux antigènes qu’elles présentent. []
  4. Source : Inserm []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).