Cancer de la prostate : les noix ralentissent la progression des tumeurs chez la souris

noixDes chercheurs ont observé que la consommation de noix, chez la souris, avait un effet bénéfique sur le cancer de la prostate et les gènes qui contrôlent la croissance et le métabolisme.

Les recherches ont été menées par Paul Davis à l’université californienne de Davis et présentées lors du meeting annuel de l’American Chemical Society à San Fransisco qui se tient cette semaine.

Selon Paul Davis, ces recherches montrent que les noix, bien que riche en graisses, sont bénéfiques pour la santé :

« Cette étude montre que quand la souris atteinte de tumeurs de la prostate consomme une quantité de noix tout à fait raisonnable pour l’homme, la croissance de la tumeur est contrôlée. Ca donne l’espoir que cela pourrait bénéficier aux patients. »

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme de plus de 50 ans, il touche 1 américain sur 6 et est devenu le premier cancer de l’homme en France. C’est l’un des cancers pour lequel les facteurs environnementaux et l’alimentation en particulier jouent un rôle très important. Par ailleurs de nombreuses études cliniques ont montré que manger des noix – qui sont riches en acides gras insaturés oméga-3 et antioxydants – réduisent les risques de maladies cardiovasculaires. La Food and Drug Administration (l’autorité américaine de la régulation des médicaments et des aliments) a d’ailleurs officiellement reconnu la noix en tant que tel, une première pour un aliment dans son ensemble.

Pour cette étude, des souris génétiquement modifiées pour avoir le cancer de la prostate ont été nourries quotidiennement avec 68 grammes de noix. Parallèlement, des souris ont été soumises à un régim alimentaire équivalent en acides gras mais pas de noix. Les souris qui ont consommées des noix avaient à la fin de l’expérience des tumeurs significativement plus petites (de 30 à 40%) que les souris n’ayant pas consommé de noix. Les souris avaient aussi un taux réduit d’un protéine particulière, appelée IGF-1. De nombreuses études ont montré que cette protéine est impliquée dans le cancer de la prostate.
Les chercheurs ont aussi regardé ce qui se passaient au niveau des gènes dans les tumeurs grâce à une technique permettant d’étudier le génome de la souris dans son ensemble. Ils ont trouvé que les noix avaient des effets bénéfiques sur l’activité de plusieurs gènes impliqués dans la croissance et le métabolisme des tumeurs.

Ce sont bien évidemment des études préliminaires sur l’animal et d’autres études complémentaires vont être nécessaires pour déterminer un éventuel effet similaire chez l’homme.

Source : Science Daily news

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).