Découverte d’un mécanisme à l’origine de plusieurs cancers

Des chercheurs canadiens ont identifié un nouveau mécanisme contrôlant la transmission d’un signal anormal à l’origine de plusieurs cancers. En se servant du modèle expérimental de la drosophile (communément appelé la mouche du vinaigre) la découverte de ce mécanisme régulateur pourrait ainsi constituer une cible thérapeutique prometteuse pour le traitement des cancers. La prochaine étape des chercheurs est d’étudier ce mécanisme chez l’homme.

Ces travaux, réalisés par l’équipe de Marc Therrien à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal, sont détaillés dans un article publié dans la prestigieuse revue Cell1. Ils font état de la récente découverte d’un complexe de protéines qui contrôle la voie de signalisation appelée RAS/MAPK, qui est responsable des cancers les plus meurtriers dont les cancers du pancréas, du colon et du poumon, et les mélanomes.

Marc Therrien et son équipe concentrent leurs travaux de recherche sur la voie de signalisation RAS/MAPK qui est perturbée dans plusieurs tumeurs. Pour envoyer un message à la cellule, l’information doit être relayée par une cascade de réactions par l’intermédiaire des protéines de cette voie de signalisation. Dans le cas de la voie RAS/MAPK, le message est donné par RAS et la dernière protéine dans la voie, MAPK, transmet le message au centre de contrôle de la cellule, le noyau. Or, la voie RAS/MAPK transmet parfois des messages erronés qui entrainent la cellule à proliférer sans arrêt et qui entraine la formation de tumeurs.

« Notre étude démontre qu’un complexe de protéines appelé EJC (pour Exon Junction Complex), contrôle la production de la protéine MAPK qui agit directement sur la cellule. Lorsque ce complexe est déficient, la voie de signalisation est inhibée ce qui empêche la prolifération désordonnée de la cellule à l’origine de plusieurs cancers »,

explique Marc Therrien.

« Si nous ciblons l’EJC et les facteurs qui régulent son activité, nous pourrions potentiellement empêcher la transmission de signaux anormaux qui déclenchent plusieurs cancers. »

En plus de constituer une cible thérapeutique prometteuse pour traiter le cancer, le mécanisme de régulation découvert pour MAPK pourrait aussi s’appliquer à plusieurs autres gènes.

« Nos recherches pourraient servir à expliquer la production d’autres protéines qui ont un comportement semblable à MAPK. Ce mécanisme pourrait nous aider à comprendre l’expression des gènes en général, »

de conclure Marc Therrien.

L'étude simultanée d'un grand nombre de gènes a permis de montrer que lorsque le complexe EJC est déficient, des signaux anormaux qui peuvent déclencher des cancers sont envoyés à la cellule.

Cette percée a été rendue possible grâce à un appareil de séquençage de l’ADN hautement performant. Ces appareils permettent de déterminer la séquence des gènes voire de tous le génome. Cet appareil, le SOLiD™ Next Generation Sequencing System fabriqué par la firme Life Technologies, a permis aux chercheurs d’avoir un portrait global des conséquences de l’élimination de l’EJC sur l’expression de l’ensemble des gènes de la cellule.

« L’IRIC s’est doté d’une infrastructure technologique de pointe sans laquelle des travaux de ce genre seraient impossible»

explique le Dr Guy Sauvageau, directeur scientifique de l’IRIC.

« L’équipement de séquençage de Life Technologies nous permet d’obtenir des résultats beaucoup plus complets, et ce de manière plus rapide2. »

Notes et références

  1. The Exon Junction Complex Controls the Splicing of mapk and Other Long Intron-Containing Transcripts in Drosophila. Dariel Ashton-Beaucage, Christian M. Udell, Hugo Lavoie, Caroline Baril, Martin Lefrançois, Pierre Chagnon, Patrick Gendron, Olivier Caron-Lizotte, Éric Bonneil, Pierre Thibault & Marc Therrien. Cell. []
  2. Source : UdeM
    Source illustration []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).