Le cresson : superaliment aux propriétés anti-cancérigènes

cressonLe cresson vient enrichir la liste de ces aliments qui ont un effet bénéfique pour la santé. Une équipe de l’University of Ulster (GB) vient en effet de montrer que le cresson a d’importantes propriétés anti-cancérigènes. L’article est publié dans la revue scientifique American Journal of Clinical Nutrition.

Cette étude menée sur 60 adultes (30 hommes et 30 femmes dont 30 fumeurs) montre en effet que la consommation de 85g de cresson par jour réduit considérablement les dommages causés sur l’ADN des cellules sanguines (lymphocytes). Ces dommages de l’ADN sur ces cellules sont considérés comme un indicateur de risque de cancer. La diminution de l’altération de l’ADN dans ces cellules peut ainsi être considéré comme une diminution généralisée du risque de cancer.

Les effets bénéfiques sont accentués chez les fumeurs, probablement du au fait que les lymphocytes sont moins susceptibles aux dommages provoqués par les radicaux libres.

L’intérêt de cette étude réside dans le fait qu’elle concerne la consommation en quantité raisonnable et en outre montre un lien direct entre la consommation du légume et les propriétés anticancérigenes.

Le cresson a d’ailleurs été considéré comme un « superaliment » depuis des siècles puisque Hippocrate, le père de la médecine, aurait ouvert son premier hôpital à proximité d’un ruisseau pour être certain de pouvoir se procurer du cresson frais pour soigner ses malades. Les soldats grecs en consommait avant les batailles pour se donner de la force. Et Culpepper, un herbaliste du 16ème siècle affirmait que le cresson permettait de nettoyer le sang.

Le cresson contient 15 vitamines et minéraux essentiels et en quantités égales le cresson contient plus de fer que les épinards, plus de calcium que le lait et plus de vitamine C que les oranges.

Article original :
American Journal of Clinical Nutrition, Vol. 85, No. 2, 504-510, February 2007

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).