Les injections de vitamine C à hautes doses réduisent la taille des tumeurs cancéreuses

Des injections de vitamine C (aussi appelée acide ascorbique) à hautes doses ont réduit la taille et la croissance de tumeurs cancéreuses de 50% en moyenne chez des souris atteintes de formes particulièrement agressives de cancers du cerveau, des ovaires et du pancréas. Les études sont publiées les annales de l’académie nationale américaine des sciences (PNAS) datés du 4 août.
.

Notre organisme régule naturellement la quantité de vitamine C absorbée quand elle est consommée par voie orale. En effet, lorsqu’on mange des aliments contenant plus de de 200mg de vitamine C, l’organisme limite strictement les quantités pouvant atteindre la circulation sanguine. Les chercheurs ont donc directement injecté l’acide ascorbique par voie intra-veineuse ou dans la cavité abdominale pour voir les effets sur différents types de cancers. Ils ont injecté des doses allant jusqu’à 4 grammes par kg.

La vitamine C est très importante au bon fonctionnement de l’organisme. Les carences en vitamine C peuvent être très néfastes pour la santé entraînant des maladies comme le scorbut et même la mort. Certaines protéines, les enzymes, vitales aux fonctions biochimiques de notre corps en ont besoin pour fonctionner correctement. La vitamine C peut aussi servir d’anti-oxydant, protégeant les cellules des radicaux libres. Les chercheurs ont voulu, au contraire, tester si à très haute dose la vitamine C pouvait être pro-oxydante. L’idée étant qu’elle généreraient des radicaux libres entraînant la formation de peroxyde d’hydrogène qui pourrait détruire les cellules cancéreuses.

Une série d’expériences sur des cellules en culture (43 types de cancers et 5 lignées de cellules normales) a montré que les hautes concentrations de vitamine C avaient des effets anticancéreux dans 75% des cellules cancéreuses tout en laissant intactes les tissus sains. Les auteurs ont également montré que de telles concentrations de vitamine C pouvaient être injectées à l’homme.

Chez les souris atteintes de formes particulièrement agressives de cancers du cerveau, des ovaires et du pancréas, les injections d’acide ascorbique ont réduit le poids et la croissance des tumeurs de 41 à 53%. Dans le même temps, chez les animaux non-traités les cancers se sont disséminés aux autres organes dans un tiers des cas (voir illustration ci-dessous).

L’intérêt pour l’utilisation de la vitamine C à des fins thérapeutiques avait connu un vif succès il y a une trentaine d’années. Les études en double aveugle n’avaient cependant pas montré de bénéfices sur des volontaires qui prenaient la vitamine C par voie orale. On ne se doutait pas à l’époque que les quantités circulantes de vitamine C sont très strictement contrôlées et que seules des injections permettent d’obtenir des concentrations élevées dans le sang.

Il est tout de même nécessaire de prendre les précautions d’usage dans ces cas, ce sont des travaux préliminaires réalisés sur des cellules et des souris et qu’il est à ce stade impossible de savoir si ces résultats vont être reproduit chez l’homme.

Chez les souris atteintes de formes particulièrement agressives de cancers du cerveau, des ovaires et du pancréas, les injections d'acide ascorbique ont réduit le poids et la croissance des tumeurs de 41 à 53%.

Chez les souris atteintes de formes particulièrement agressives de cancers du cerveau, des ovaires et du pancréas, les injections d'acide ascorbique ont réduit le poids et la croissance des tumeurs de 41 à 53%.

Source: PNAS

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).