Manger plus de fruits et légumes ne protégerait pas contre le cancer

Bien que les légumes et les fruits sont indispensable pour une alimentation saine et équilibré, il n’existe pas de preuve convaincante que manger plus de fruits et légumes réduit les risques de développer un cancer, selon une étude réalisée par un chercheur de l’Université d’Oxford (GB)1.

Dans l’étude, publiée dans le British Journal of Cancer, le Professeur Tim Key, épidémiologiste à l’Université d’Oxford, a passé en revue les données scientifiques de ces dix dernières années sur les liens entre la consommation de fruits et légumes et le développement du cancer. Il en ressort de cette analyse que que les seuls facteurs liés à l’alimentation ont une incidence sur le risque de cancer sont l’obésité et l’alcool. Le tabagisme reste la principale cause de cancer.

Pour le chercheur, s’il y a des avantages incontestables à manger des fruits et légumes, il y a peu de preuves qu’ils protègent contre le cancer. Mais la preuve est incontestable que l’obésité et une consommation d’alcool excédant la limite quotidienne recommandée sont liés au cancer.

« Le fruits et les légumes sont essentiels pour une alimentation saine et une bonne source de nutriments. Mais les données disponibles à ce jour ne prouvent pas que la consommation accrue de fruits et légumes offre une quelconque protection contre le cancer.

Mais il y a des preuves scientifiques solides pour montrer que, après le tabagisme, le surpoids et l’alcool sont deux des plus grands risques de cancer, »

explique le Professeur Key.

Les personnes en surpoids ont des niveaux plus élevés de certaines hormones, ce qui peut contribuer à un risque accru de cancer du sein. L’obésité peut accroître le risque de développer d’autres cancers communs tels que l’intestin, et des formes de cancer difficiles à traiter comme le cancer du pancréas, de l’oesophage et du rein.

Quand l’alcool est dégradé par le corps, il produit une substance chimique qui peut endommager les cellules qui augmente le risque cancer de la bouche, de la gorge, de l’intestin et du foie.

Sara Hiom, chargée de la communication à Cancer Research UK insiste également sur les facteurs de risaue que sont l’obésité , l’alcool et le tabac :

« Trop peu de gens connaissent les risques de cancer associés à l’obésité importante et la consommation excessive d’alcool. Bien que l’arrêt du tabac reste la meilleure façon de réduire vos chances de développer un cancer, l’importance de maintenir un poids normal et réduire sa consommation d’alcool ne doit pas être négligé.

Maintenir la consommation d’alcool à un maximum d’un petit verre par jour pour les femmes et deux verres par jour pour les hommes et garder un poids raisonnable peut avoir un impact énorme. »

Le chercheur conclut pour sa part que la consommation de fruits et légumes de façon régulière reste indispensable ne serait-ce que pour éviter les carences et en particulier les carences en micronutriments comme la vitamine C. Il ajoute que selon les données qu’il a analysé, augmenter sa consommation en fruits et légumes n’aura pas d’effet protecteur, du moins pas pour les populations ne connaissant pas de problèmes d’alimentation. Des travaux supplémentaires viendront peut-être montrer le contraire en particulier si les recherches futures se concentrent sur les voies de signalisation menant au cancer et à des cancers particuliers. Il estime également qu’à l’avenir les recherches devraient s’intéresser aux effets à long terme. En attendant, les autorités de chaque pays doivent recommander une consommation adéquate en fruits et légumes et porter l’attention de la population sur les effets néfastes de la consommation excessive d’alcool, du surpoids, et du tabac sur risque de développer un cancer.

Notes et références

  1. Fruit and vegetables and cancer risk. Tim Key. British Journal of Cancer. DOI: 10.1038/sj.bjc.6606032. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).