Mieux diagnostiquer la leucémie aiguë lymphoblastique de type B

Des chercheurs de l’Université du Québec à Montréal1 ont fait une découverte majeure dans la recherche sur la leucémie aiguë lymphoblastique de type B, maladie qui touche particulièrement les enfants. En effet, ils ont réussi à identifier un gène susceptible de faciliter le diagnostic de ce cancer qui se caractérise par une prolifération anormale des lymphocytes B, les cellules productrices des anticorps nécessaires à la défense de notre organisme contre les microbes. Les résultats de sa recherche viennent d’être publiés dans la prestigieuse revue scientifique Blood2.

La recherche

leucemie myeloide

© Inserm, D. Dantchev

Les chercheurs ont d’abord comparé le transcriptome, c’est-à-dire l’ensemble des gènes actifs dans une cellule, de souris leucémiques et de souris saines. À partir de cette analyse, des groupes de gènes dont l’activité était anormale ont été isolés chez les souris leucémiques. Ces recherches ont permis de de montrer qu’une activité excessive du gène Fmn2 était associée à la présence de leucémie lymphoïde de type B.

Les cellules des souris sont génétiquement très proches des cellules humaines mais elles ne sont évidemment pas identiques. Des études complémentaires sur des cellules humaines ont permis d’arriver à la même conclusion : une activité excessive du gène Fmn2 est aussi associée à la leucémie lymphoïde de type B chez l’humain et en particulier chez l’enfant.

Mieux diagnostiquer pour mieux traiter

On désigne sous le nom de leucémie tous les cancers qui s’attaquent aux cellules de la moelle osseuse. Les cellules de la moelle produisent les cellules sanguines, d’où le terme utilisé de cancer du sang. Comme il existe plusieurs types de cellules sanguines (notamment les lymphocytes B), il y a également plusieurs types de leucémie. Pour chaque type de leucémie le traitement diffère. Plus vite et plus précisément on peut diagnostiquer le type de leucémie, mieux on peut le traiter.

Quelle est l’importance de cette découverte ? Pour le professeur Éric Rassart qui a dirigé ces études,

« bien qu’il s’agisse de recherche fondamentale, ces résultats représentent une grande avancée et un pas de plus vers un meilleur diagnostic et, on peut l’espérer, un traitement plus efficace de ce cancer, dont ne l’oublions pas, les victimes sont surtout des enfants. »

Notes et références

  1. Cyndia Charfi, étudiante au doctorat en biologie de l’Université du Québec à Montréal , appuyée par ses directeurs de thèse Éric Rassart, professeur au Département des sciences biologiques et Elsy Edouard, professeure associée au Centre de recherche BIOMED de l’Université du Québec à Montréal []
  2. Cyndia Charfi, Véronique Voisin, Louis-Charles Levros, Jr., Elsy Edouard and Eric Rassart. Gene profiling of Graffi murine leukemia virus induced lymphoid leukemias: identification of leukemia markers and Fmn2 as a potential oncogene. Blood []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).