demangeaison

Pourquoi un médicament contre un cancer de la peau épargne certaines cellules immunitaires

Un médicament appelé Alemtuzumab est remarquablement efficace pour traiter des patients atteints d’un cancer de la peau démangeant et douloureux, le lymphome cutané à cellules T. Des chercheurs expliquent pourquoi dans une étude.

De plus, le traitement ne semble pas augmenter dramatiquement les risques d’infection, bien que ce médicament tue tous les lymphocytes T et B, des acteurs du système immunitaire, indispensables à la lutte contre les infections. Il serait en effet tout à fait compréhensible que les patients traités avec l’Alemtuzumab soient très immunodéprimés et très susceptibles aux infections en tous genre, or ce n’est pas vraiment le cas.

En étudiant une poignée de patients avec lymphome cutané à cellules T, les chercheurs ont découvert pourquoi. Les chercheurs ont donné aux patients de faibles doses du médicament et observé qu’ils allaient mieux et ne développaient pas d’infections. Puis l’équipe a analysé des échantillons de peau des patients qui avaient guéri et a pu y trouver des lymphocytes T actifs contre les infections. Contrairement aux lymphocytes T circulants dans le sang, qui se dirigent vers les endroits de l’organisme à protéger des envahisseurs, les chercheurs ont identifiés des les lymphocytes T dans la peau sont immobiles, un nouveau groupe de cellules protectrices qui restent stationnaires, proférant une protection locale.

L’Alemtuzumab ne tue que les lymphocytes T circulants et laisse intacts ceux situés dans la peau. Comme les lymphocytes T cancéreux de cette maladie circulent dans le sang, le médicament peut éliminer la maladie sans affecter les cellules immunitaires dans les tissus, ce qui empêche l’apparition d’infections1. L’étude a été publiée dans la revue Science Translational Medicine2.

Notes et références

  1. Source : Eurekalert []
  2. Skin Effector Memory T Cells Do Not Recirculate and Provide Immune Protection in Alemtuzumab-Treated CTCL Patients. Rachael A. Clark, Rei Watanabe, Jessica E. Teague, Christoph Schlapbach, Marianne C. Tawa, Natalie Adams, Andrew A. Dorosario, Keri S. Chaney, Corey S. Cutler, Nicole R. LeBoeuf, Joi B. Carter, David C. Fisher & Thomas S. Kupper. Science Translational Medicine []

Catégories : Cancer | Lien Permanent

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).