Barack Obama autorise le financement public de la recherche sur les cellules souches

Le président américain Barack Obama a réautorisé lundi le financement par l’Etat de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Il lève ainsi les restrictions imposées il y a huit ans par son prédécesseur George Bush au financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Barack Obama a rappelé pour justifier sa décision, le potentiel de ces cellules souches pour aider à soigner certaines des maladies les plus graves.

Barack Obama signant le document autorisant le financement public de la recherche sur les cellules souches

Barack Obama signant le document autorisant le financement public de la recherche sur les cellules souches

« Nous allons lever l’interdiction du financement fédéral de la recherche sur les prometteuses cellules souches. Nous allons également soutenir vigoureusement les scientifiques qui poursuivent ces recherches »,

a déclaré le Président américain, insistant sur le potentiel plein de promesses qu’ offrait l’espoir de traiter des millions d’Américains atteints à la moelle épinière ou souffrant de diabète, de la maladie de Parkinson ou du coeur:

« La pleine mesure de la recherche sur les cellules souches reste inconnue et elle ne doit pas être surestimée. Mais les scientifiques pensent que ces minuscules cellules pourraient nous aider à comprendre et, peut-être, à soigner certaines de nos maladies et affections les plus dévastatrices ».

L’ancien président George Bush a limité en août 2001 les financements publics aux recherches portant sur les lignées de cellules souches extraites d’embryons humains existantes, rendant difficile la production de nouvelles lignées.

Obama n’établira pas lui-même les règles éthiques et juridiques entourant ces recherches, mais chargera l’Institut national de la santé (NIH) de les fixer dans un délai de quatre mois.

Le NIH devra notamment définir précisément dans quels cas des études portant sur des embryons humains pourront bénéficier de fonds publics.

« Nous ne prendrons jamais cette recherche à la légère.
Nous allons édicter des règles très strictes que nous ferons appliquer avec rigueur, parce qu’on ne peut tolérer ni détournement ni abus. Et nous veillerons à ce que notre gouvernement n’ouvre jamais la porte au clonage pour la reproduction humaine ».

D’ailleurs, Barack Obama n’a pas remis en cause l’interdiction existant depuis 1996 (l’amendement Dickey-Wicker) d’utiliser l’argent de l’Etat pour se livrer à des expériences sur l’embryon lui-même.

Le président a aussi signé un document ordonnant à ses services scientifiques, à la Maison Blanche, de mettre en place une stratégie pour éviter les ingérences dogmatiques dans la recherche, un reproche volontiers fait à George Bush.

« Au cours des dernières années, le gouvernement a imposé ce qui, je crois, est un mauvais choix entre science bien comprise et valeurs morales »,

a dit Barack Obama.

Barack Obama a aussi rendu hommage à l’acteur américain Christopher Reeve. Il a déclaré que le pays devait beaucoup à des personnes comme Reeve et sa femme Dana qui ont créé une fondation pour trouver une thérapie contre les lésions de la moelle épinière.
L’acteur Christopher Reeve, devenu tétraplégique suite à un accident de cheval, était un fervent militant de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Il est décédé en 2004.

La vidéo (en anglais) de Barack Obama annonçant sa décision d’autoriser le financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Un Commentaire

  1. Pingback : Vidéo: Barack Obama autorise le financement public financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires | Vulgariz - vulgarisation scientifique

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).