Transformer les cellules souches humaines en vaccins génétiques

t-celluleLe système immunitaire est d’une efficacité redoutable pour protéger notre organisme des agents infectieux qui croisent son chemin. Il existe néanmoins des situations ou le système immunitaire échoue dans sa mission. C’est le cas avec certains virus qui entrainent des maladies chroniques caractérisées par une déficience du système immunitaire. De nombreuses équipes de recherche explorent la possibilité de donner un coup de main au système immunitaire. Dans un approche originale, les chercheurs de la UCLA AIDS Institute aux Etats-Unis ont étudié la possibilité de recourir aux techniques de thérapie génique pour aider la réponse immunitaire contre le VIH. Ils ont en effet montré que les cellules souches humaines de sang pouvaient être reprogrammées génétiquement en cellules capable de cibler et tuer les cellules infectées par le VIH. Un procédé qui, potentiellement, pourrait être utilisé contre de nombreuses autres maladies virales chroniques.

Cette étude, publiée dans la revue scientifique en ligne PLoS One, est une preuve de concept, c’est à dire qu’elle montre la faisabilité d’une idée ou d’une méthode. Les chercheurs ont démontré le principe que les cellules souches humaines peuvent être transformées en ce qui pourrait s’apparenter à un vaccin génétique.

L’approche des chercheurs a été de modifier la réponse immunitaire, en particulier la réponse des lymphocytes T, de façon à ce qu’elle cible spécifiquement les cellules infectées par le VIH. Ils ont pour cela prélevé des lymphocytes T dits CD8 cytotoxiques – les cellules du système immunitaire qui aident à combattre l’infection – d’un patient infecté par le VIH, ils ont ensuite identifié sur ces cellules une molécule appelée T-cell Receptor (Récepteur des cellules T) qui aide à reconnaitre et tuer les cellules infectées par le VIH. Ces cellules bien que capable de tuer les cellules infectées sont trouvées en quantité insuffisante pour débarrasser l’organisme tout entier du virus. Les chercheurs se sont servis du gène qui code pour cette molécule pour en faire des copies et l’introduire dans les cellules souches humaines de sang pour que ces cellules expriment à leur tour la fameuse molécule. Ils ont ensuite placé ces cellules recombinées dans un thymus humain (l’organe qui produit les lymphocytes T) qu’ils ont implanté chez la souris afin d’étudier la réaction dans un organisme vivant.

Le résultat a été conforme aux prédictions, la souris a développé une large population de cellules T CD8 fonctionnelles capable de cibler les cellules contenant le VIH. Les chercheurs ont aussi observé que les récepteurs des cellules T devaient être compatible comme doit l’être un organe lors d’une greffe.

Ces recherches sont encore à un stade précoce et l’étude montre uniquement la faisabilité de la méthode. La prochaine étape est de tester la stratégie avec un modèle plus élaboré pour déterminer si cela peut marcher chez l’homme. Les chercheurs pensent déjà par ailleurs à élargir cette méthode aux autres virus responsables de maladies chroniques voire certaines tumeurs, d’où l’idée de vaccin génétique.

Référence

Article : Engineering Antigen-Specific T Cells from Genetically Modified Human Hematopoietic Stem Cells in Immunodeficient Mice
Auteurs : Scott G. Kitchen, Michael Bennett, Zoran Gali?, Joanne Kim, Qing Xu, Alan Young, Alexis Lieberman, Aviva Joseph, Harris Goldstein, Hwee Ng, Otto Yang, Jerome A. Zack
Journal de publication : PLoS One

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).