Diabète : la leptine comme alternative à l’insuline ?

injection-insulineEn 1922, un adolescent diabétique de Toronto au Canada a été la première personne à être sauvé grâce à un traitement par insuline. Depuis ce jour les injections d’insuline ont maintenu en vie des millions de diabétique qui n’arrivent pas à fabriquer leur propre hormone. Il n’existe actuellement pas d’alternative à l’insulinothérapie qui est un traitement à vie. Une nouvelle étude, parue dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences1, suggère qu’une hormone de satiété, appelé leptine, est aussi effective que l’insuline dans la gestion du diabète chez la souris.

La découverte de l’insuline a transformé le diabète de type 1, de mortelle cette maladie est devenue chronique. Dans ce type de diabète, le corps détruit les cellules du pancréas productrices d’insuline entrainant une élévation du taux sanguin de glucose (l’autre forme, plus commune, de diabète dite de type 2 survient lorsque l’organisme ne répond plus correctement à l’insuline). Cependant le traitement par insuline n’est pas parfait. Il est difficile d’obtenir la bonne dose d’insuline et en dépit de tous leurs efforts pour gérer la maladie, de nombreuses personnes souffrent de complications sévères : insuffisance rénale, cessité ou amputation d’un membre.

Les chercheurs explorent plusieurs alternatives à l’injection d’insuline. La transplantation de nouvelles cellules pancréatiques sécréteuses d’insuline, forcer les cellules des îlots de Langerhans à se régénérer ou encore traiter les diabétiques à un stade précoce de la maladie avec des immuno-suppresseurs pour prévenir le l’organisme de détruire ce qui reste des îlots pancréatiques. Certaines études se sont intéressées à la leptine; comme l’insuline, cette hormone aide l’organisme à réduire le taux de glucose. L’année dernière, des chercheurs ont rapporté avoir guéri une souris diabétique en administrant, par thérapie génique, la leptine directement dans le cerveau2.

Roger Unger de l’université de Texas Southwestern Medical Center de Dallas aux Etats-Unis en est à s’intéresser à la leptine par hasard. Il s’est aperçu en réalisant des transplantations d’îlots sur des rongeurs diabétiques que la leptine rendait les transplantations plus effectives. Avec ses collègues, ils ont testé sur l’animal la leptine seule et le taux sanguin des animaux est revenu à la normale comme si les animaux avaient bénéficié de nouveaux îlots pancréatiques. « Nous n’y croyions pas au début » dit-il.

Pour étudier les effets plus en détail, les chercheurs ont implanté des pompes sur quinze souris de laboratoire. Ces pompes délivraient des doses élevées de leptine pendant douze jours. Ils ont comparé ces animaux avec ceux traités par des pompes à insuline. Les taux de glucose sont revenus à la normale dans les deux groupes.

Les chercheurs ont observé que la leptine limitent la production de glucagon, une hormone qui a les effets opposés de l’insuline. Le glucagon incite le foie à sécréter du glucose dans la circulation sanguine. Supprimer le glucagon avec la leptine a le même effet sur la souris que fabriquer de l’insuline : il abaisse le taux sanguin de glucose.

« C’est un substitus à l’insuline »

s’accorde Satya Kalra, neuroscientifique de l’université de Floride à Gainsville, qui a conduit les travaux de thérapie génique avec a leptine.

« Dans le diabète de type 1, si vous avez plus de leptine, ça peut vous aider ».

Roger Unger pense même que la leptine a plus d’avantage que l’insuline car il apparaît qu’elle réduit les fluctuations du glucose sanguin dont souffrent les diabétiques.

D’aucun pourrait arguer que l’efficacité observée de la leptine est due aux doses élevées administrées aux animaux mais Unger affirme cependant avoir obtenu des résultats similaires avec des doses moins élevées.

Mais tout le monde s’accorde à dire que la leptine, déjà utilisée pour traiter des maladies métaboliques rares, n’aurait pas d’effets secondaires graves même si la perte de poids semble être un soucis : la leptine réduit l’appétit et les souris mangeaient deux fois moins qu’à l’habitude. Sur le long terme, les souris ne seraient pas moins légères mais auraient moins de masse grasse et plus de masse maigre. Il n’est pas connue, non plus, si la leptine a des effets immunologiques. L’équipe de Roger Unger et d’autres équipes s’apprêtent à présent à tester une combinaison leptine et insuline en essai clinique pour voir si des résultats similaires sont obtenus chez l’homme3.

Notes et références

  1. Leptin therapy in insulin-deficient type I diabetes. May-yun Wanga, Lijun Chena, Gregory O. Clarka, Young Leea, Robert D. Stevensb, Olga R. Ilkayevab, Brett R. Wennerb, James R. Bainb, Maureen J. Charronc, Christopher B. Newgardb & Roger H. Unger. Proceedings of the National Academy of Sciences. DOI: 10.1073/pnas.0909422107. []
  2. Central leptin gene therapy, a substitute for insulin therapy to ameliorate hyperglycemia and hyperphagia, and promote survival in insulin-deficient diabetic mice. Shinya Kojimaa, Akihiro Asakawaa, Haruka Amitania, Takeo Sakoguchia, Naohiko Uenob, Akio Inuia & Satya P. Kalrac. Peptides. doi:10.1016/j.peptides.2009.01.007 []
  3. Article adapté de Appetite Suppressor Could Be an Alternative to Insulin []

4 Commentaires

  1. merci de faire connaître toutes les informations médicales

  2. juste appendre toutes les nouvelles thérapies

  3. Bonjour je suis diabetique de type 1, mais on vient de passer de l’insuline au glucofage, en effet je fait pres de 90 doses /jours d’insuline 66 rapide la journée et 18+des fois quelques unités de rapide le soir avant d’allé au lit, j’ai 36 ans ce diabete c’est declaré l’anné passée suite à m’a t’on dit a une injection de cortisone dans la colonne.
    Est ce que la leptine est deja commercialisée pour l’humain? j’ai lu également que la leptine pouvait agir sur la regeneration des articulations pour les arthroses etc.
    Si il est commercialisé l’est-il pour la belgique et si non , qd est ce qu’il pense pouvoir le commercialiser, quand est ce qu’il prevoit leurs tests ?

  4. je suis diabetique plus de 31 ans, j’ai 45ans, j’injecte 12u/matin et 6u/soir mix30, mon grand probleme est manque d’appetit avec des hypoglycemie pendant le jour et aussi le soir je sens fatiguée, malheureuse.J’habite au MAROC ville khemisset. Mon endocrino est contre utilisation d’appetissant que je dois faire? mon dernier HBA1C est de 7,8

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).