Etape importante vers la guérison du diabète grâce aux cellules souches embryonnaires

Etape importante vers la guérison du diabète grâce aux cellules souches embryonnaires Des chercheurs américains ont réussi à faire en sorte que des cellules souches embryonnaires se comportent comme des cellules du pancréas capables de produire de l’insuline. Publiée dans la revue scientifique Nature Biotechnology, cette étude marque une étape importante dans l’utilisation des cellules souches pour traiter le diabète.

Le traitement du diabète est l’une promesses qui reposent sur les cellules souches embryonnaires, les scientifiques essaient en effet de trouver une formule pour transformer les cellules souches embryonnaires en cellules bêta du pancréas, ces cellules produisent l’insuline en réponse à la présence de sucre dans le sang, elles sont défectueuses ou absentes chez les sujets qui souffrent de diabète de type 1. Cette prouesse permettrait aux patients de produire à nouveau de l’insuline mais les chercheurs n’y sont pas parvenus jusqu’à présent.

En revanche, le docteur Emmanuel Baetge et ses collègues de la société de Biotech Novocell de San Diego (Californie) sont parvenus à faire en sorte que les cellules souches embryonnaires se comportent comme des cellules bêta du pancréas chez la souris. Pendant des années ce groupe a en effet essayé, en utilisant les mêmes facteurs qui induisent le développement du pancréas chez l’embryon, de transformer les cellules souches embryonnaires en cellule du pancréas dans une boîte de Petri. Ils avaient précédemment reporté qu’ils arrivaient à obtenir des cellules sécrétrices d’insuline mais ces cellules ne répondaient pas à la présence du glucose, or c’est une caractéristique essentielle des cellules bêta du pancréas.

Les chercheurs ont alors pris du recul et au lieu d’essayer d’obtenir des cellules matures du pancréas en culture dans des boîtes de Petri, ils ont utilisé des cellules « immatures » encore en cours de développement. Ces cellules immatures dites de l’endoderme sont équivalentes à des cellules de pancréas d’un embryon âgé de 6 à 9 semaines. Ils ont greffé ces cellule souches humaines qui n’avaient donc pas fini leur développement chez une souris en espérant que l’animal produirait les facteurs manquant pour compléter le développement de l’organe. Un mois après la greffe les chercheurs ont été capables de détecter du peptide-C d’origine humaine (cette protéine est un dérivé de la production d’insuline). Deux mois après la greffe, la souris augmenté la production de peptide-C humaine en réponse au glucose, montrant ainsi que les cellules transplantées étaient bien fonctionnelles. Pour finir les chercheurs ont endommagés les cellules bêta de la souris à l’aide d’une toxine. Ce traitement rend habituellement les souris diabétiques, sauf que dans ce cas les souris ne sont pas devenues dabétiques montrant ainsi que les cellules transplantés pouvaient remplacer les cellules bêta du pancréas défectueuses.

Les autres chercheurs qui travaillent dans ce domaine reconnaissent volontiers que cette étude est une avancée significative dans la lutte contre le diabète. Le docteur Baetge a d’ailleurs déclaré que la société Novocell était en contact avec la U.S. Food and Drug Administration (l’autorité américaine chargé de la régulation de l’aliment et du médicament) pour savoir quels tests de sureté supplémentaires étaient nécessaires avant de passer à des essais cliniques sur l’homme.
Le docteur Teresa Ku de la Beckman Research Institute de Duarte (Californie) qui travaille aussi dans ce domaine reconnait que ce travail « est très important dans ce domaine de recherche », cela dit elle précise qu’on ne sait pas si ces cellules de l’endoderme transplantées sont capables de s’auto-renouveler. Si ce n’est pas le cas, elle pense que les cellules arrêteront de fonctionner au bout d’un moment obligeant le patient à subir de multiples transplantations. Selon elle, la meilleure solution serait de parvenir à différencier entièrement les cellules dans une boite de culture.

Source:
ScienceNOW Daily News

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).