Un pancréas artificiel libérant à la fois de l’insuline et du glucagon

pancreas+artificielDe nombreuses équipes de recherche travaillent sur le développement d’un pancréas artificiel utilisant un algorithme informatique pour équilibrer le taux de sucre dans le sang et aider les diabétiques à mieux garder le contrôle de leur maladie. L’appareil pourrait un jour être piloté par une puce électronique intégrée à un système portable de pancréas artificiel, ce qui révolutionnerait le traitement de 285 millions de personnes atteintes actuellement par la maladie dans le monde.

Dans le diabète de type I, le pancréas ne produit plus assez d’insuline, une hormone qui fait baisser le taux de sucre sanguin, et ne libère plus assez de glucagon, une hormone qui l’augmente, pour équilibrer correctement la glycémie. Le seul moyen pour les patients aujourd’hui de rester en bonne santé est de maintenir artificiellement cette glycémie pour éviter qu’elle ne chute ou ne grimpe en flèche. Cela impose un contrôle fréquent, de jour comme de nuit, de la glycémie, des injections d’insuline avec un régime alimentaire strict et de l’exercice. Même en faisant attention au mode de vie, le taux de sucre dans le sang d’un patient peut encore baisser dangereusement et le mettre alors en état d’hypoglycémie.

Les tentatives précédentes de mettre au point un pancréas artificiel se sont concentrées sur l’apport d’insuline et la prévention des épisodes d’hypoglycémie restent un soucis. Firas El-Khatib et ses collègues Massachusetts General Hospital de Boston aux Etats-Unis ont développé un pancréas artificiel qui libère à la fois de l’insuline et du glucagon en cas de besoin, mimant ainsi plus étroitement un pancréas normal. Les résultats sont rapportés dans le dernier numéro de Science Translational Medicine1.

Ce « pancréas » consiste en un moniteur de sucre sanguin en continu, deux pompes qui injectent les hormones sous la peau et un ordinateur portable qui permet aux deux pompes de « se parler » et de calculer les doses d’insuline et de glucagon nécessaires chaque instant au patient.

Une étude comprenant onze patients atteints de diabète de type 1 a permis de tester le dispositif sur 27 heures. Après ajustement de l’algorithme informatique, aucune hypoglycémie nécessitant une intervention n’a été constaté chez les malades.

Les chercheurs précisent que d’autres essais comprenant des enfants et des adultes diabétiques, sur une période de 48 heures allaient débuter très prochainement. Par ailleurs, des tests pour un pancréas artificiel plus portable, où le programme informatique est exécuté par une minuscule puce électronique au lieu d’un ordinateur portable, sont également en cours.

Notes et références

  1. A Bihormonal Closed-Loop Artificial Pancreas for Type 1 Diabetes. Firas H. El-Khatib, Steven J. Russell, David M. Nathan, Robert G. Sutherlin & Edward R. Damiano. Science Translational Medicine []

Un Commentaire

  1. Je voudrai vous emprunter la photo pour un exposé de svt qui ne sera diffusé que en classe . Merci d’avance

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).